Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 15 novembre 2017

L'infime trace

 

 

 

 

SAM_3520.JPG

 

  Gravure en forme de signe "U" à l'envers (Ve millénaire avant J.-C.),
sur une pierre du Dolmen de Grah-Niol (ci-dessous),
 à Arzon, sur la Presqu'île de Rhuys, dans le Morbihan,
photographies : février 2017.

 

 

SAM_3512.JPG

 

 

 

 

mardi, 14 novembre 2017

La saine méfiance

 

 

 

Ma méfiance grandit de jour en jour à l'égard de l'informatique : ces ordinateurs qui ralentissent inexplicablement ou presque, ces fichiers instables sur des sites numériques qui ne le sont pas moins, ces "clefs USB", ces "disques durs externes" que l'on peut briser, qui peuvent brutalement ne plus fonctionner, cette électricité, surtout, dont tout dépend, dangereusement, sont infiniment peu fiables, infiniment précaires, bien plus que l'air du temps, toujours plus ou moins optimiste, et toujours aveuglé peu ou prou, le laisse croire.

Un livre jamais fut-il en panne, un livre jamais se brisa-t-il ? Je songe souvent aux manuscrits de Nag Hammadi, qui furent découverts en 1945 et qui préservèrent une part de l'héritage livresque gnostique des Ier et IIe siècles : ce sont là des codex faits de papyrus, que menacent certes encore l'insecte, le feu et l'eau ; je me souviens des manuscrits sur parchemin du Xe ou du XIe siècles que, ganté de blanc, je feuilletais dans quelques bibliothèques, et qui semblaient si vulnérables ! Ceux-là cependant sont moins frêles que l'écran sur lequel vous lisez ces mots, Lecteur de passage ; de ceci je suis désormais certain.

 

Il reste que je ne confie cela qu'à l'Internet, car, contrairement à tout ce que j'écris, ces mots ne naquirent que par un clavier d'ordinateur.

 

 

 

18:21 Écrit par Frédéric Tison dans Autour du livre, Crayonné dans la marge | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

La promenade au bord de la mer

 à Magali Fadainville.

 

 

 

SAM_3497 b.jpg

 

Près du Moulin à marée de Pen Castel (XIIe-XIXe s.), à Arzon,
sur la Presqu'île de Rhuys, dans le Morbihan,
photographie : février 2017.

 

 

 

 

 

Le moulin à marée

 

 

 

 

SAM_3501.JPG

 

Le Moulin à marée de Pen Castel (XIIe-XIXe s.), à Arzon,
sur la Presqu'île de Rhuys, dans le Morbihan,
photographie : février 2017.

 

 

 

 

lundi, 13 novembre 2017

Marée basse

 

 

 

 

SAM_3327.JPG

 

Sur l'Île aux Moines, dans le Morbihan,
photographie : février 2017.

 

 

 

 

 

dimanche, 12 novembre 2017

La forteresse des Rohan

 

 

 

 

Pontivy2.jpg

 

 

Pontivy1.jpg

 

Le château de Pontivy, ou château des Rohan (XVe-XVIe s.)
 à Pontivy, dans le Morbihan,
photographies : février 2017.

 

 

frédéric tison,photographie,château des rohan,château de pontivy

 

 

 

samedi, 11 novembre 2017

L'adieu au château

 

 

 

 

SAM_3238.JPG

 

Le château de Kerguéhennec (début du XVIIIe s.),
dans le Morbihan,
photographie : février 2017.

 

 

 

 

vendredi, 10 novembre 2017

D'un oiseau

 

 

 

J'ai le plaisir, et même la joie, de faire découvrir aux très-aimables Lecteurs qui viennent ici l'une des nouvelles compositions de la formation musicale Le Fil du Rêveur sur un de mes poèmes :

 


podcast

« La Mélancolie est un oiseau qui se souvient »,
 poème par Frédéric Tison (2015),
 musique et chant par Magali Fadainville, arrangement par Sébastien Liman (2017),
 par Le Fil du Rêveur.

 

 
 

____________________

 

UN RÊVE

 

La mélancolie est un oiseau qui se souvient.

 

Je dis à la nuit « Cesse » et l’aube fut fatale. Je me rappelais un paysage avec un musicien. Lorsque tu me racontas ce rêve, tu parlas de l’arbre qui nous logeait, de sentiers qui couraient alentour, et d’un oiseau seul qui n’avait pas chanté. Nous avions, me dis-tu, passé des tourbières, des ombres et des ravins – d’autres choses encore, comme des portes, des prairies, des arches désœuvrées. Nous étions essoufflés ; tu n’avais su qui de nous deux serait la nuit de l’autre.

 

Jamais je n’entendis que le ciel avait assez d’oiseaux.

 

_____________________

 

 

Poème extrait du livre d'artiste Carnet d'oiseaux (2015), poèmes de Frédéric Tison, encres de Renaud Allirand, éditions Bibliocratie.

 

 

 

 

18:31 Écrit par Frédéric Tison dans Une petite bibliothèque | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

Une rencontre à Saint-Mandé

 

 

 

Annonce sur le site du Printemps des poètes.

 

CAELO MVSA BEAT.

 

 

 

 

Château solitaire

 

 

 

 

Kerguéhennec2.jpg

 

Le château de Kerguéhennec (début du XVIIIe s.),
dans le Morbihan,
photographie : février 2017.