Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 25 janvier 2023

Du triangle et des scintillements

 

 

 

Lorsque j'écoute la « Valse des flocons de neige » de Tchaïkovski, un morceau que j'aime tendrement, je m'aperçois parfois que je ne perçois pas assez le son du triangle, lequel reflète les scintillements discrets de la vie.

 

 

 

jeudi, 19 janvier 2023

Des voix

 

 

 

Je rêve d'un monde à voix basse, où seuls la musique, les tonnerres et les oiseaux auraient la voix haute.

 

 

 

 

mardi, 17 janvier 2023

De la musique

 

 

La musique est trop courte, comme l'amour (C'est la même chose).

 

 

 

 

lundi, 19 décembre 2022

De Grieg et de l'amour

 

 

 

Écouter la musique d'Edvard Grieg, c'est écouter quelqu'un qui a aimé.

 

 

 

 

 

mardi, 22 novembre 2022

De la musique

 

 

 

La musique est bien habillée.

 

 

 

mardi, 18 octobre 2022

De la valse

 

 

 

SAM_1673 bb.JPG

 

Félix Vallotton (1865-1925), La Valse (1893),
au MuMA (musée d'art moderne André-Malraux), au Havre,

photographie : septembre 2022.

 

J'aime passionnément ce tableau, qui appartient à la collection du musée mais, souvent, est prêté pour je ne sais quelle exposition étrangère  — aussi ne pouvons-nous le voir que rarement. Mais, ce jour-là, il était là ! J'en aime le cadrage étonnant. J'en aime la jeune femme aux yeux fermés qui se pâme et rêve, au premier plan, dans les bras d'un homme que l'on ne voit pas, dont on ne voit que la main ; elle est heureuse, elle aime, elle ne fait rien que d'écouter la musique sur laquelle d'autres couples dansent dans un lointain enchanté.  La valse est ici sublimée. Vallotton ici peint la musique, et c'est un miracle.

 

 

 

dimanche, 02 octobre 2022

De la musique

 

 

 

La musique que j'aime emporte mes miroirs.

 

 

 

samedi, 01 octobre 2022

Du sourire

 

 

Lorsque, rarement, dans sa musique, Jean Sibelius sourit, c'est un sourire de fleur, ou de neige qui brille.

 

 

 

 

jeudi, 29 septembre 2022

De l'éternité

 

 

Il est des passages, des moments, parfois une seule note, dans quelques pièces musicales, dont on voudrait qu'ils ne finissent jamais.

 

 

 

mercredi, 21 septembre 2022

De la surprise

 

 

 

Il est des musiques que l'on voudrait immédiatement s'approprier, dont on voudrait connaître tout, que l'on voudrait, à la première écoute, savoir par cœur. C'est le cas, aujourd'hui, pour moi, des symphonies de Kurt Atterberg, un compositeur suédois que je connais très mal et dont la musique, en l'occurrence la Symphonie n° 5 dite "Funèbre", que j'entendis pour la première fois à la radio tout à l'heure, m'a sauté aux oreilles, si j'ose dire, et m'a sur le champ conquis ; je me suis précipité sur le site Youtube pour découvrir d'autres de ses symphonies. Splendeur, grâce, mystère et tension : Atterberg serait-il le Sibelius suédois ?

 

 

 

dimanche, 04 septembre 2022

Du Scherzo de Josef Suk

 

 

 

 

Josef Suk, Scherzo fantastique (1902-1903), Czech Philharmonic Orchestra dirigé par Charles Mackerras.

 

Du Scherzo de Josef Suk je n'ai jamais trouvé qu'il soit judicieux de l'appeler "fantastique", même s'il s'agit de l'extrait d'une suite symphonique issue d'une rêverie sur des contes, mais peut-être est-ce là que je songe trop à la Symphonie fantastique de Berlioz, et que j'écris là une sottise. Cependant voilà une musique somptueuse, déroutante, élégante (elle me fait songer à celle de Grieg, que j'aime tant), et dont certains passages sont d'une délicatesse inouïe qui donne envie de vivre et de mourir dans le même temps. Il y a même quelques oiseaux qui passent comme en frémissant, et s'en vont comme tous les oiseaux !

 

 

 

jeudi, 01 septembre 2022

De la musique

 

 

Toute la musique raconte toutes les musiques désaccordées.

 

 

 

11:58 Écrit par Frédéric Tison dans Autour de la musique | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

mercredi, 24 août 2022

De quelques oiseaux

 

 

 

Beaucoup d'oiseaux, selon toute vraisemblance, sont mélomanes : la plupart de ceux qui viennent se poser devant moi, à la fenêtre de mon salon, ont l'air d'en savoir long. Il m'apparaît, lorsque j'observe leurs petites têtes oscillantes et fébriles, que certains sont même quelque peu jaloux de Mozart et de Ravel.

 

 

 

mardi, 23 août 2022

D'un morceau de jazz

 

 

J'ai découvert un morceau de musique — Il s'agit, en l'occurrence, de jazz — si beau que tous les oiseaux qui ont l'habitude de se poser sur la balustrade de la fenêtre de mon salon ne savent que faire : fuir ? écouter ? m'attendre et m'emporter ?

 

 

 

 

samedi, 20 août 2022

Du poème

 

 

Le poème est comme la musique. Il ne décrit rien. Il ne déclare rien. Il ne veut plus rien dire. Il ne bavarde pas. Il ne console personne. Il est là. Il rêve au-dessus du rêve.