Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 16 juin 2020

Caresser

 

 

 

Tout à l'heure, deux oiseaux se sont posés sur la balustrade de ma fenêtre, face à mon bureau. J'ai approché la main. L'un d'eux s'est envolé soudain, effrayé, l'autre non ; je lui ai caressé la tête un instant ; il était si joli, avec son petit corps et son petit bec. On ne sait pas ce que pensent les oiseaux.

 

 

 

 

18:33 Écrit par Frédéric Tison dans Crayonné dans la marge, Minuscules | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

jeudi, 04 juin 2020

Les deux orages

 

 

 

Tandis qu'éclatait, hier soir, dans le ciel de Paris, un très violent et magnifique orage, Radio Classique diffusait le Quatrième mouvement de la Sixième Symphonie de Beethoven. Ces deux orages semblaient se répondre : c'était à celui qui gronderait le plus fort et ferait briller le plus grand nombre d'éclairs.

 

 

 

mercredi, 03 juin 2020

L'horizon

 

 

 

Un oiseau s'est envolé de la phrase. Il faut que l'oiseau soit l'horizon de nos phrases.

 

 

 

 

08:41 Écrit par Frédéric Tison dans Crayonné dans la marge, Minuscules | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

dimanche, 17 mai 2020

Du monde

 

 

 

Le monde nous est hostile. Quelque chose, dans le monde, est manqué. Seuls le poème et la musique nous sauvent, dans l'instant. C'est sans doute la raison pour laquelle nous devons tout éprouver

 

 

 

 

21:41 Écrit par Frédéric Tison dans Crayonné dans la marge, Minuscules | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

samedi, 16 mai 2020

Des couleurs

 

 

 

Les couleurs des encres et celles de l'aquarelle sont des pensées.

 

 

 

 

mardi, 12 mai 2020

De la musique

 

 

 

Il est des pièces de musique qui sont de la tendresse inachevée.

 

 

 

jeudi, 07 mai 2020

Tout poème

 

 

 

Tout poème se décante.

 

 

 

 

jeudi, 30 avril 2020

La ville enchantée

 

 

 

Désormais, on voit des canards et des cygnes se promener dans les rues de Paris. Et tous les oiseaux chantent à tue-tête, par ma fenêtre. 

 

 

 

 

14:37 Écrit par Frédéric Tison dans Crayonné dans la marge, Minuscules | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

lundi, 13 avril 2020

Autoportrait dans un miroir convexe

 

 

 

 

20200413_023332.jpg

 

Autoportrait dans un miroir convexe, la nuit,
photographie : avril 2020.

 

(Je lisais une monographie consacrée à Georges de La Tour, dont j'aime les scènes nocturnes et solitaires, éclairées par quelque bougie... Puis j'ai croisé mon regard dans ce miroir convexe accroché à côté de mon bureau, et c'est ainsi que cette photographie est née, fortuitement !)

 

 

vendredi, 10 avril 2020

Recouvrir

 

 

La musique recouvre la vie.