Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 29 janvier 2019

Le pont dormant

 

 

 

 

SAM_0672.JPG

 

Le château du Plessis-Bourré (1468-1473),
à
Écuillé, dans l'ancien domaine de Plessis-le-Vent,
en Maine-et-Loire, en Anjou,

photographie : avril 2018.

 

 

 

 

lundi, 28 janvier 2019

Du merveilleux

 

 

 

 

SAM_0665.JPG

 

Le château du Plessis-Bourré (1468-1473),
[où fut tourné, en 1970,
Peau d'âne, de Jacques Demy,
avec Catherine Deneuve et Jean Marais],
à
Écuillé, dans l'ancien domaine de Plessis-le-Vent,
en Maine-et-Loire, en Anjou,

photographie : avril 2018.

 

Voir l'image en plus grand format
dans ma galerie de photographies sur le site Flickr
.

 

 

 

 

 

Onze mois après

 

 

Il y a bientôt un an paraissait Aphélie, suivi de Noctifer, que je publiai aux éditions Librairie-Galerie Racine. L'ouvrage, qui peut être commandé dans n'importe quelle librairie, est toujours disponible ici ou , et même encore ici, et n'oublions pas cela.

 

 

Frédéric Tison - Aphélie suivi de Noctifer - Librairie-Galerie Racine - 2018 - couverture.jpg

 

 

Un extrait

___

 

JE TOUCHE TES ÉPAULES, je laisse glisser mon ombre sur la pierre d’angle de tes portiques. Je suis l’ombre qui toujours t’a suivi. Comme toi j’ai demandé — à l’eau, à l’arbre, aux villes et aux hommes — qui je suis.

J’ai travaillé — ainsi que l’air, la vague, le feu, ainsi que le bois, la semence et l’ordure — à la vie. J’accompagne ce qui passe, ce qui demeure et appelle ; je suis ce qui se narre, s’oublie et s’invente après toutes les pluies.

Je suis la fumée sur une veine de marbre — la brèche sur l’écorce. Je suis quelque clef pour un millier de serrures. Je me tiens près des havres ; je suis celui qui veille les phares.

Je suis le nom auquel tu n’as jamais pensé.

 

(Aphélie, suivi de Noctifer, Septième Heure, Vêpres, X.
Librairie-Galerie Racine, collection Les Hommes sans Épaules, 2018, p. 80.)

 

 

 

 

17:04 Écrit par Frédéric Tison dans Livres parus, Une petite bibliothèque | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Lamartine

 

 

 

SAM_0645.JPG

 

Pierre-Jean David, dit David d'Angers (1788-1856),
Alphonse de Lamartine (1829), plâtre, détail,
dans la Galerie David d'Angers, dans l'abbaye Toussaint d'Angers,
à Angers, en Maine-et-Loire, en Anjou,

photographie : avril 2018.

 

 

 

Hugo

 

 

 

SAM_0647.JPG

 

Pierre-Jean David, dit David d'Angers (1788-1856),
Victor Hugo (1837), terre cuite,
dans la Galerie David d'Angers, dans l'abbaye Toussaint d'Angers,
à Angers, en Maine-et-Loire, en Anjou,

photographie : avril 2018.

 

 

 

 

dimanche, 27 janvier 2019

La rareté

 

 

 

La langue chante. La langue française chante ;  tout le poème du poète français est de tenter de l'accompagner encore, avec son propre chant.

 

 

 

22:19 Écrit par Frédéric Tison dans Sur le poème | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Effigie du corsaire de Louis XIV

 

 

 

 

DA2.jpg

 

Pierre-Jean David, dit David d'Angers (1788-1856), Jean Bart (1845),
modèle du bronze pour la place de Dunkerque,
dans la Galerie David d'Angers, dans l'abbaye Toussaint d'Angers,
à Angers, en Maine-et-Loire, en Anjou,

photographie : avril 2018.

 

 

 

 

Chateaubriand

 

 

 

SAM_0641.JPG

 

Pierre-Jean David, dit David d'Angers (1788-1856),
François-René de Chateaubriand (1829), plâtre, détail,
dans la Galerie David d'Angers, dans l'abbaye Toussaint d'Angers,
à Angers, en Maine-et-Loire, en Anjou,

photographie : avril 2018.

 

 

 

 

samedi, 26 janvier 2019

Pages dans la forêt — Aperçus de la poésie française contemporaine

 

 

Pages dans la forêt — Aperçus de la poésie française contemporaine

En guise d'introduction

 

 

Paul Farellier

_____

 

 

Encore un vent de sable sur les épaules
et cet obscur porté à même la peau,
je reviens vers vous parfois, les nuits d'été,
échanger présence et monnaie de lumière.
 
Ce n'est qu'une courte halte, n'ayez crainte,
le temps simple de rire dans nos regards ;
puis je repars pour les menées d'un hiver
avec cet avenir qui durcit le ciel.

 

 
 
Paul Farellier, Dans la nuit passante,
éditions L'Arbre à paroles, collection Traverses, 2000, p. 46,
repris dans L'Entretien devant la nuit, Poèmes 1968-2013, Les Hommes sans Épaules éditions, 2014, Grand Prix de poésie de la SGDL 2015,
p. 448.
 
 
 
 
 
 
 

Ulysse de marbre

 

 

 

 

SAM_0629.JPG

 

Pierre-Jean David, dit David d'Angers (1788-1856), Ulysse (1814), détail,
premier marbre réalisé à Rome,
dans la Galerie David d'Angers, dans l'abbaye Toussaint d'Angers,
à Angers, en Maine-et-Loire, en Anjou,

photographie : avril 2018.