Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 28 décembre 2018

L'hôtel particulier

 [Promenade avec S.]

 

 

 

SAM_0149.JPG

 

L'Hôtel Lambert (1640-1642), par Louis Le Vau,
sur l'Île Saint-Louis, à Paris IV, photographie : avril 2018.

 

 

 Nos promenades prennent acte du morcellement du monde ; elles y prennent corps.

 

 

 

 

 

jeudi, 27 décembre 2018

Masque

 

 

 

 

MG3.jpg

 

Armure de daimyo, aux armoiries de la famille Ogasawara (XVIIIe s.), détail,
à l'exposition "Daimyo, Seigneurs de la guerre au Japon"
au musée Guimet, musée national des arts asiatiques, à Paris XVI,
photographie : avril 2018.

 

 

 

 

Les parures du daimyo

 

 

 

SAM_0114.JPG

 

Armures de daimyo (puissants seigneurs du Japon tenant des fiefs),
parures guerrières disposées jadis sur un coffre dans la grande salle de réception du
jo (château)
et incarnant la présence du maître du fief en son absence.
Ci-dessus, armure aux armoiries d'Arima Doriyori, daimyo d'Obama (1770) ;
ci-dessous, armure aux armoiries de la famille Oseki (XVIIIe s.),
à l'exposition "Daimyo, Seigneurs de la guerre au Japon"
au musée Guimet, musée national des arts asiatiques, à Paris XVI,
photographies : avril 2018.

 

SAM_0118.JPG

 

 

 

mercredi, 26 décembre 2018

Fleurs sur feuilles d'argent

 

 

 

 

MG2.jpg

 

Paravent aux fleurs et aux graminées (début de l'époque Édo (1603-1868)), détail,
paravent à quatre volets, papier, encre et couleurs sur feuilles d'argent,
au musée Guimet, musée national des arts asiatiques, à Paris XVI,
photographie : avril 2018.

 

 

 

 

La bibliothèque ronde

 

 

 

 

SAM_0076.JPG

 

Bibliothèque historique (vers 1880) du musée Guimet,
 musée national des arts asiatiques, à Paris XVI,
photographie : avril 2018.

 

 

 

 

mardi, 25 décembre 2018

Revoir les étoiles !

 

 

 

Oh, revoir les étoiles, loin de Paris, de toute ville énorme, de tout tumulte, de toute brume et de tout nuage de lumière fausse ! C'est, pour l'homme contemporain des villes qui ont dérobé le ciel étoilé avec le silence et les petits chants des oiseaux de nuit, un véritable enchantement. Si Pascal avait su que le silence éternel de ces espaces infinis serait, un jour, moins un motif d'effroi qu'une beauté reconquise, un merveilleux noël, et presque une bienveillance retrouvée...

 

 

 

 

20:41 Écrit par Frédéric Tison dans Crayonné dans la marge, Minuscules | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Livres éparpillés

 

 

 

 

MG1.jpg

 

Paravent aux livres éparpillés (début de l'époque Édo (1603-1868)), détail,
paravent à six volets, papier, encre, lavis d'encre et couleurs sur feuilles d'or,
au musée Guimet, musée national des arts asiatiques, à Paris XVI,
photographie : avril 2018.

 

 

 

 

D'une mémoire

 

 

 

Les Anciens avaient conçu un Art de la mémoire qui consistait à se représenter un lieu à la fois simple et savant, palais, temple ou villa dans lesquels chaque escalier, les corridors, chacune des salles, et à l'intérieur de celles-ci chaque meuble, chaque étagère et chaque tiroir étaient l'occasion de ranger ses mots et ses images en associant chacun d'eux à ces lieux précis pour ensuite, lors d'un exercice de la pensée qui parcourait ces lieux à nouveau, retrouver à volonté sans effort mots et images. Cet art s'est perdu, et nous n'en avons qu'un aperçu, sans le secours du rappel des techniques précises alors nécessaires à son acquisition.

J'y songe, en feuilletant mes albums de photographies : ma mémoire contient et se représente à elle-même ad libitum certaines de mes images, celles que j'ai placées dans les corridors de mes pages.

 

 

 

 

lundi, 24 décembre 2018

La cour d'honneur

 

 

 

 

Champs3.jpg

 

Le château de Champs (1699-1707), à Champs-sur-Marne, en Seine-et-Marne,
photographie : avril 2018.

 

 

 

 

Écrire

 

 

 

Écrire, c'est, aussi, vouloir ajouter à la beauté du monde, ou, tout du moins, souhaiter la souligner.

 

 

 

 

06:14 Écrit par Frédéric Tison dans Crayonné dans la marge, Minuscules | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |