Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 18 juin 2022

Nouvelles du fracas (3)

 

 

Quand il fait chaud, les gens ont chaud, selon l'éminent professeur émérite *** de l'Université de ***. Il ajoute que les humains sont des êtres vivants qui doivent boire de l'eau. "Hydratez-vous", conseille le gouvernement. Plus de renseignements sur Info.gouv.fr.

 

Les enfants dérangent tous les gens, mais ils sont charmants et bien mieux élevés que dans un passé fantasmé, selon la sociologue ***.

 

La pluie mouille, selon Météo Terre.

 

Le ciel est bleu.

 

Selon un sondage de l'IYFLOP-Funerial-Opinion auprès d'un "panel" de 214 personnes, les nuages existent.

 

 

 

16:51 Écrit par Frédéric Tison dans Album des phrases, Crayonné dans la marge | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

lundi, 02 mai 2022

Glané (12)

 

 

Florilège de paroles entendues dans ce monde, notées dans mon deuxième carnet de 2022.

 

« Arrête de me regarder avec tes yeux. » (Dans une brasserie.)

 

« J'aime la musique quand elle est pas de la musique, enfin pas comme ton Bach ou ton Sivelius [sic], tu vois. » (Dans une brasserie.)

 

« Il y a tellement de bruit ici que je t'entends mieux. » (Dans le métro.)

 

 

 

 

06:00 Écrit par Frédéric Tison dans Album des phrases, Crayonné dans la marge | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

mercredi, 13 avril 2022

Glané (11)

 

 

Florilège de paroles entendues dans ce monde, notées dans mon premier carnet de 2022.

 

« Je ne suis qu'un leitmotiv. » (Dans un bar.)

 

« Pouvoir d'achat, pouvoir d'achat, pouvoir d'achat, je n'entends plus que ça. À force, j'entends pouvoir des chats, ou même l'achat du pouvoir. » (À l'occasion d'un échange, lors de l'entre-deux-tours de l'élection présidentielle française de 2022.)

 

 

 

14:30 Écrit par Frédéric Tison dans Album des phrases, Crayonné dans la marge | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

dimanche, 27 mars 2022

Glané (10)

 

 

 

Florilège de paroles entendues dans ce monde, notées dans mon premier carnet de 2022 (en cours).

 

« Moi, c'que j'trouve intéressant, c'est toute la concrétisation du travail de cette recherche picturale. » (Lors de l'exposition "La Collection Morozov. Icônes de l'art moderne", à la Fondation Louis-Vuitton, à Paris XVI.)

 

« Cette peinture, c'est un peu tiré par les cheveux. » (Lors de l'exposition "La Collection Morozov. Icônes de l'art moderne", à la Fondation Louis-Vuitton, à Paris XVI.)

 

[Et ceci, rappelé à ma mémoire — grâce à N. qui m'accompagnait lors de l'exposition mentionnée ci-dessus :]

 

« Et puis, comme on dit : ALEA FACTA GESTE. » (Dans un square, près de la rue Mouffetard à Paris, circa 1993.)

 

 

 

10:39 Écrit par Frédéric Tison dans Album des phrases, Crayonné dans la marge | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

lundi, 14 mars 2022

Glané (9)

 

 

Florilège de paroles entendues dans ce monde, notées dans mon premier carnet de 2022 (en cours).

 

« Tu as écrit des poèmes ? Ah merde, je compatis. » (Dans un bar.)

 

« Tu veux un coup de blanc, ma couille ? » (Dans une brasserie.)

 

« Les nuages, tu sais, ce sont des conneries blanches. » (Dans une boîte de nuit.)

 

 

 

13:35 Écrit par Frédéric Tison dans Album des phrases, Marginalia | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

dimanche, 27 février 2022

Sur Lulu d'Alban Berg

 

(Remise en ligne d'un billet que je publiai sur mon premier blogue le 25 octobre 2011, avec des notes  publiées, elles, en 2008 et issues du même blogue.)

 

__________________

 

Voilà longtemps* que je « tournais autour », si j’ose dire, d’Alban Berg, de sa musique qui m’intimide et m’attire, et voici que je reviens de l’Opéra Bastille où était représenté, ce soir [lundi 24 octobre 2011, presque minuit ; je recopie une partie des notes de mon carnet], son opéra Lulu, et qu’enfin je l’ai, cette musique, véritablement entendue, que je suis sûr de l’aimer maintenant, puisque j’ai partagé l’air et le temps où elle fut, et que j’ai dérivé avec elle.

 

(Et tous mes disques, si je les écoute avec passion, je ne puis les écouter trop fort, crainte de déranger le monde qui m’entoure. Peut-être ne désiré-je habiter un château – il me faudrait un château du XIVe ou du XVe siècle, aux murs de pierres qu’on dirait scellées par des Géants, posé au milieu d’un lac comme j’en vis un jour dans le Périgord noir, je crois, et entouré de longues forêts impénétrables  – qu’à la fin de pouvoir y écouter mes disques aussi puissamment que je le voudrais…)

 

Je n’ai trouvé personne qui souhaitât, ce soir, m’accompagner à la représentation, mais il est vrai que l’œuvre est éprouvante, éreintante, et même oppressante parfois, ainsi que l’exprima, en des termes choisis, à l’entr’acte, tandis que je déambulais, avec mon verre d’eau comme un « petit chien », parmi les coupes de champagne, les sandwichs et les cornets de glace, un jeune homme en tenue décontractée à l’adresse de ses amis : « Ah ouais, cette musique, ça déchire ! », donnant là son sentiment sur une œuvre en effet déchirante, dont la tension ne faiblit jamais, et qui sait cependant ménager des pauses d’une tendresse inouïe, comme une caresse qui ne peut aboutir, mais se prolonge…

 

(Cruelle musique comme la vie, musique lucide comme la chair, comme le regard. Que dit l’histoire du livret de l’opéra ? Que personne n’aime ni n’écoute personne…  – Que l’Appétit règne, et que le corps désirable est sa monnaie que l’or adoube et provoque – Que le Sens est brûlé, que le sentiment du sacré, quel qu’il soit, est tombé dans un verre de vin tiède – Que le mensonge est adoré – Que le Temps détruit toute la vie imaginée… Que la Rencontre sur la Terre, qu’elle prenne le nom d’amitié ou d’amour, n’est souvent qu’imposture attristée d’elle-même, et renversée. Etc. Lulu est un immense « Pouah ! » à la face pourrie du monde…)

 

À chacun des trois actes, des interludes sont là pour rappeler ce désir inassouvi, inassouvissable, que l’omniprésent violon souligne… et défait. Il est singulier, et frappant, que la musique d’Alban Berg attende la voix humaine, et son corps, qu’elle les appelle ; murmure avec eux... ; et à relire un poème** que Pierre Jean Jouve consacra à Lulu, on sent bien que le poète est l’initiateur. Je me souviendrai toujours de ces paroles que chante aussi bien qu’elle les crie la comtesse Geschwitz mourante à l’adresse de Lulu, que vient d’assassiner Jack l’Éventreur, ces paroles d’amoureuse éperdue, et la comtesse elle-même peut-être damnée comme l’objet de son amour : « Lulu ! Mein Engel ! Laß dich noch einmal sehn ! Ich bin dir nah ! Bleibe dir nah, in Ewigkeit ! » (« Lulu ! Mon ange ! Montre-toi encore une fois ! Dans la mort je te suis ! Près de toi je reste, pour l’éternité ! ») ; car son chant glace le sang et bouleverse à la fois ; mais… le froid et le chaud – n’est-ce l’opération de la musique de notre temps ?

 

À un peu plus de onze heures du soir, il pleuvait tandis que mes pas me ramenaient chez moi, à travers les rues éclairées de lumière orange – sonores de voitures précipitées : étrange et bienveillante tristesse.

 

* (Note du 19 octobre 2008, très légèrement revue et corrigée.)

D’un plein accès terriblement difficile (et je n’évoque pas ici l'opéra Wozzeck, qui ne peut s’apprécier vraiment que dans une salle d’Opéra, et peut-être après la lecture de l’ouvrage de Pierre Jean Jouve (écrit avec Michel Fano) qui lui est consacré), la musique d'Alban Berg est lancinante, suggestive, parfois très violente, à la fois amère et rêveuse, lente et brutale, douce et cruelle, souterraine et lumineuse… Ce ne sont pas là de faciles oxymores : cette musique est si étonnante qu’elle semble confondre différentes strates contradictoires, ou plusieurs lames de fond, qui charrieraient indépendamment des fragments de musiques anciennes, mais lointaines, lointaines… : on dirait que cette musique glisse sur elle-même. On la dirait concentrée à l’extrême, consciente d’elle-même jusqu’à la folie, jusqu’à la perte, et toujours, dans le même temps, on dirait qu'elle songe à autre chose qu’elle-même, toujours au-delà d’elle-même ou à côté, toujours écoutant son propre mouvement. On la repousse parfois comme intolérable, cependant elle sait revenir vers nous très attirante, très pénétrante… Son « atonalité », non systématique, la réserve à une oreille attentive : mais la classer dans cette seule « école » serait extrêmement réducteur : son lyrisme passionné dialogue avec la dissonance, avec la rupture, avec le « faux », plutôt qu’il les épouse parfaitement : il les affronte et ne s’y soumet pas ; il les interroge, comme on interrogerait l’Enfer... Le Concerto pour violon à la mémoire d’un Ange (1935) se révèle lentement à l’oreille… car cette musique parfois impatiente, semblant se déborder elle-même, attend d’abord de nous la persévérance et la constance ; c’est vers cette œuvre que je conseillerais au néophyte de se tourner tout d’abord. Cette musique nouvelle parle au cœur comme la musique ancienne, avec amour, avec inquiétude, avec patience. Le Concerto recèle des instants proprement inouïs ; de même que dans la Lulu-Suite (1934), ou la Lyrische Suite (1928) (que le Concerto, œuvre comme testamentaire de Berg, invite à découvrir en arrière) la musique afflue telle une rivière nerveuse – irriguée de je ne sais quelle tension étrange ; ses brisures ne sont jamais gratuites – et cependant l’écriture de ce lyrisme précis, où tout est évidemment calculé, est inquiétante, imprévue, superbe et légère comme un ciel rapidement parcouru de nuages blancs et gris, ou noirs.

 

**

Une cuisse plus qu'élégante de dentelles
Porte l'enseigne du trésor :
Et qu'un homme un autre homme
                                et puis un troisième homme
Ou meure ou soit tué ou se donne la mort

Pour elle ! et qu'un prodige de musique en elle
D'orchestre sur un sein dont la pointe est de pleurs
S'émerveille des yeux à l'or des jarretelles
Des souliers, un orage aux funèbres splendeurs ;

La mort elle la sait ayant pitié de tout :
Lulu pousse du pied la dépouille mortelle,
Pourvu que tout le son la creuse du dessous
Elle change de robe et sort. Toujours plus belle.

 
Pierre Jean Jouve, "Lulu I", dans Moires. (Œuvre I. Paris : Mercure de France, 1987, p. 1045.)
 
 
 
 

lundi, 21 février 2022

« Mon ami caché, mon ami lointain... »

 

 

 

274470977_5303179516359021_4683926151924817853_n.jpg

 

Ossip Mandelstam (citant Fiodor Sologoub), De la poésie, traduction de Christian Mouze,
éditions La Barque, 2013, p. 29.
Photographie : février 2022.

 

 

 

jeudi, 17 février 2022

Glané (8)

 

 

Florilège de paroles entendues dans notre monde (2019-2021), notées dans mes carnets.

 

« Moi, c'que j'vois pas, c'est que j'vois pas. » (Dans un bar.)

 

« J'adore les moches, mais enfin, pas trop. » (Dans un bar.)

 

« Quoi ? Y a des humains intelligents ? » (Dans une brasserie.)

 

« Je n'vote pas. Je boude. » (Dans un bar.)

 

« Tu crois que ça existe encore, la poésie ? » (Lors d'une soirée privée.)

 

 

 

11:18 Écrit par Frédéric Tison dans Album des phrases, Crayonné dans la marge | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

mercredi, 02 février 2022

Glané (7)

 

 

Florilège de paroles entendues dans notre monde (2019-2021), notées dans mes carnets.

 

« Arrête d'aimer. » (Dans un bar.)

 

« J'ai toujours trouvé que j'étais très sympa. » (Dans une brasserie.) [Je rapproche cette phrase d'une autre, que j'entendis jadis dans la bouche d'une comédienne à la radio, et qui m'apparut comme le comble de l'impudeur : « Ce qui me caractérise avant tout, c'est la pudeur. »]

 

« Non c'est pas possible : je suis amoureux. » (Dans une brasserie.)

 

« Je bois un verre. Toi, tu bois de l'eau. » (Dans un restaurant.)

 

 

 

14:07 Écrit par Frédéric Tison dans Album des phrases | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

samedi, 29 janvier 2022

Glané (6)

 

 

Florilège de paroles entendues dans notre monde (2019-2021), notées dans mes carnets.

 

« Moi, c'que j'aime avant tout dans le vin, c'est les couleurs : rose, rouge, blanc. » (Dans un bar.)

 

« Ouh là là je suis tellement pressé aujourd'hui que j'ai l'impression que je suis du vent. » (Un jeune homme dans la rue, parlant au téléphone.)

 

« C'que j'comprends pas, c'est pourquoi la vie existe. » (Dans une brasserie.)

 

« Ah tu aimes bien les huîtres ? Moi j'aime que les choses mortes, comme la viande et les fruits. » (Dans un restaurant.)

 

« T'inquiète pas, chuis pas fou, mais je peux te poser une question ? Tu crois que c'est qui qui a raison, Platon ou Heidegger ? » (Dans un bar.)

 

 

 

13:00 Écrit par Frédéric Tison dans Album des phrases | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

vendredi, 28 janvier 2022

Glané (5)

 

 

Florilège de paroles entendues dans notre monde (2019-2021), notées dans mes carnets.

 

« Je suis marié moyennement. » (Dans un bar.)

 

« Ah non ça c'est pas possible, c'est super mal peint. » (Au musée d'Orsay, devant une toile de Sisley.)

 

« J'peux pas t'aimer, j'suis ma bougie à moi, tu comprends ? » (Dans une brasserie.)

 

« Non mais t'as vu la gueule du truc ? On dirait une poubelle. Tu crois vraiment que ça vaut quek'chose ? On peut jeter ça, tu crois ? » (Au musée de l'Orangerie, dans le jardin des Tuileries, devant une toile de Soutine.)

 

« Du point de vue peinture, c'est merdique. Par contre, c'est sympa comme déco. » (Au musée d'Art moderne de la Ville de Paris, devant une toile de Zao Wou-Ki.)

 

« Manuel de Falla, c'est maxi la classe. — Ah, je suis entièrement d'accord avec toi, en revanche je dirais plutôt que sa musique est très élégante. — Fais pas ta star, avec ton langage ! » (Un échange à Paris. C'est moi l'auteur de la deuxième phrase, et je l'ai prononcée en souriant. Le sourire de mon interlocuteur fut un autre échange.)

 

 

 

15:20 Écrit par Frédéric Tison dans Album des phrases | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

vendredi, 21 janvier 2022

Glané (4)

 

 

Florilège de paroles entendues dans notre monde (2019-2021), notées dans mes carnets.

 

 

« C'est qui ce Milo qui a sculpté cette Vénus ? » (Au Louvre.)

 

« Bof, Baudelaire, c'est pas trop mal, mais bon il a pas écrit grand'chose, un peu comme ce Mallarmé que tu adores mais qui a écrit que cent pages en tout, non ? Rimbaud c'est pareil, mais lui il s'est cassé après avoir écrit toute sorte de conneries que personne ne lira. » (Dans un bar.)

 

« Tu vas voir, on va retourner aux bougies. Par contre ça va coûter de plus en plus cher. Ce sera des bougies de luxe ! » (Dans une brasserie.)

 

« Mais arrête d'écrire tout le temps dans ton carnet ! Tu m'espionnes ou tu es un indic ? Remets ton carnet dans ta poche, et ton stylo à la con, tu le ranges dans ton sac, please. » (Dans un bar (Mon lecteur aura deviné que j'étais le destinataire de ces paroles délicieuses).)

 

 

06:02 Écrit par Frédéric Tison dans Album des phrases | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

mercredi, 19 janvier 2022

Glané (3)

 

 

Florilège de paroles entendues dans notre monde (2019-2021), notées dans mes carnets.

 

 

« Y a trop d'or, ici. » (Au château de Versailles.)

 

« Tu t'rends compte, le mec [Joseph Haydn], il a écrit cent et quelques symphonies, tu crois ça ? » (Dans un bar.)

 

« Les poèmes, c'est trop chouchou. » (Dans un bar.)

 

« C'était une grosse vache, enfin, j'veux dire, une pure vache. » (Dans le métro, un jeune homme au téléphone.)

 

« Tu vois, j'assume d'être une joyeuse. Surtout avec mes cheveux. » (Dans un bar.)

 

« Grave : je l'aime. Grave de chez grave. » (Dans une brasserie.)

 

 

 

17:17 Écrit par Frédéric Tison dans Album des phrases | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

dimanche, 16 janvier 2022

Glané (2)

 

 

Florilège de paroles entendues dans notre monde (2019-2021), notées dans mes carnets.

 

« — Tu me fais penser à George Michael dans son clip As, cette chanson avec Mary J. Blige. — Ah oui ? C'est flatteur ! Pourquoi donc ? — C'est à cause de ta moustache. » (Dans un bar (C'était moi qui demandai pourquoi).)

 

« Le ciel est trop bleu pour qu'on le voie aujourd'hui. » (Un jeune homme dans la rue, au téléphone.) [Ah non, ceci est de moi ; tant pis, je me suis trompé de phrase, c'est de ma faute et tout cela sera attribué à ce jeune homme aimable, qui dit plus ou moins la même chose...]

 

« Zut, j'ai perdu mes clefs, mais tu es là, non, tu es ma clef ? » (Dans une brasserie.)

 

 

 

 

19:25 Écrit par Frédéric Tison dans Album des phrases | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Glané

 

 

Florilège de paroles entendues dans notre monde (2019-2021), notées dans mes carnets.

 

« Moi, c'qu'je kiffe, c'est la beauté. » (Un jeune homme dans la rue.)

 

« J'm'en bats la moule. » (Une Parisienne élégante, dans la rue.)

 

« Pour moi, tu réalises pas, c'est le langage qui compte. » (Dans une brasserie.)

 

« Ouais, Vermeer, c'est pas mal, mais bon, quand même, tu vois, l'art street, c'est quand même plus sympa. » (Lors d'une exposition.)

 

« Macron, c'est nul, mais y a quoi d'autre, à part un roi ? Et un roi c'est nul aussi. » (Dans une brasserie.)

 

« Bla bla bla tout ça. Moi c'que j'aime, c'est l'amour sincère et authentique, enfin quelque chose comme ça. » (Dans un bar.)

 

« Mozart, c'est moyen. » (Lors d'une soirée privée.)

 

« Debussy, qu'est-ce qu'on s'emmerde ! » (Lors d'une soirée privée.)

 

« Le monde est une frite qu'on bouffe. » (Dans un commerce.)

 

« Une hostie, finalement, c'est comme une chips. » (Sur le parvis d'une église parisienne.)

 

 

 

12:28 Écrit par Frédéric Tison dans Album des phrases | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |