Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 05 juillet 2018

Liens

 

 

 

Je me serai trompé à peu près sur tout, mais au moins je m'en serai rendu compte.

 

 

 

17:59 Écrit par Frédéric Tison dans Minuscules | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

mercredi, 20 juin 2018

Minuscule

 

 

 

Si Dieu est Amour, il est le plus timide des amants.

 

 

 

20:21 Écrit par Frédéric Tison dans Crayonné dans la marge, Minuscules | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

mardi, 12 juin 2018

N'habiter pas

 

 

 

Toutes ces maisons, tous ces palais, tous ces jardins où nous n'habiterons pas ! Ce seront eux qui nous auront habités.

 

 

 

 

05:10 Écrit par Frédéric Tison dans Minuscules | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

mercredi, 02 mai 2018

L'âge

 

 

 

L'homme de vingt ou de trente ans sait qu'il est jeune, mais il ne peut pas savoir combien il l'est.

 

 

 

 

17:41 Écrit par Frédéric Tison dans Minuscules | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

jeudi, 12 avril 2018

(Le savoir)

 

 

 

Savoir et apprendre à savoir ce que nous regardons sont un effort et une tâche inépuisables.

 

 

 

 

17:43 Écrit par Frédéric Tison dans Crayonné dans la marge, Minuscules | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

jeudi, 29 mars 2018

Nécessité

 

 

 

Le poème se doit d'être du pain.

 

 

 

 

lundi, 05 mars 2018

La porte ouverte

 

 

 

 

Le poème : parole merveilleusement, éternellement, patiemment et impatiemment ouverte.

 

 

 

  

17:39 Écrit par Frédéric Tison dans Minuscules, Sur le poème | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

mercredi, 21 février 2018

Les livres voyageurs

 

 

 

Les livres que nous emportons en voyage sont toujours des fragments de notre propre miroir.

 

 

 

 

vendredi, 19 janvier 2018

Relectures

 

 

 

Pour ceux qui ont un peu lu, il ne reste que peu de livres ou de poèmes à relire, qui sont des rêves inépuisables, des lucidités sans grimace ou des baumes (et parfois, tout cela à la fois).

 

 

 

 

lundi, 11 décembre 2017

L'origine du partage

 

 

 

La question que je dois sans cesse me poser est la suivante : qu'ai-je à dire et à montrer à tous, lorsque (et même si) je sais que seulement quelques-uns en auront connaissance et que très rares, parmi ces derniers, seront ceux qui répondront, qui feront signe ?

 

(L'absence de réponse peut être un leurre : je n'ignore pas que certains pensent qu'ils ne sont pas capables de dire, et que d'autres préfèrent seulement ne pas parler.)

 

 

 

 

17:53 Écrit par Frédéric Tison dans Crayonné dans la marge, Minuscules | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |