Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 12 mars 2017

Où lire ?

 

 

 

Vivre dans une belle (elles le sont toutes) tour médiévale aux murs épais et lourds, imperméables à la fureur et aux bruits du monde, serait-ce savoir que l'on peut à loisir revenir dans une chambre haute où lire, contempler et se reposer, au terme de voyages et de jours où toujours nous fûmes menacés ?

 

(Cela, même si je sais bien qu'aujourd'hui les châteaux-forts ne sont plus d'aucune utilité contre la violence moderne des bombes...)

 

 

 

 

 

13:01 Écrit par Frédéric Tison dans Crayonné dans la marge, Minuscules | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

samedi, 11 mars 2017

Relire

 

 

 

Relire est l'autre nom de la beauté, de la pensée, de l'amour et du désir.

 

 

 

 

 

 

05:49 Écrit par Frédéric Tison dans Crayonné dans la marge, Minuscules | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

dimanche, 26 février 2017

Ô musées !

 

 

 

Les musées sont de la rosée pétrifiée. (Tout visiteur est d'aube renouvelée.)

 

 

 

 

 

19:46 Écrit par Frédéric Tison dans Crayonné dans la marge, Minuscules | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

samedi, 04 février 2017

Du regard

 

 

 

Il me faudrait vivre à Paris, et partout en France, comme j'ai voyagé au Sri Lanka : en voyageur étonné. Cependant mes habitudes sont des scandales (au sens étymologique) sur mes chemins : elles sont des cailloux dans mes regards et mes pensées, si difficiles à briser.

 

 

 

18:50 Écrit par Frédéric Tison dans Crayonné dans la marge, Minuscules | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

jeudi, 12 janvier 2017

De ces choses

 

 

 

Les choses rares sont innombrables, et seulement cachées.

 

 

 

 

17:31 Écrit par Frédéric Tison dans Crayonné dans la marge, Minuscules | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

samedi, 24 décembre 2016

Le Parisien et les étoiles

 

 

 

Revoir, à la campagne, le ciel étoilé : ne serait-ce là, pour un Parisien, l'occasion de retrouver quelque regard d'enfant, quelque regard étonné ?

 

 

 

 

19:37 Écrit par Frédéric Tison dans Minuscules | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

jeudi, 23 juin 2016

La perte du ciel

 

 

 

L'homme des villes, en oubliant la Voie lactée qui ne peut plus s'observer, la nuit, à cause des lumières et des fumées, néglige bientôt le ciel gris ou bleu du jour ; je vois de moins en moins de gens contemplant les hauteurs ; chacun n'y jette plus guère qu'un rapide coup d’œil, et encore s'agit-il bien souvent de préoccupations météorologiques. L'homme moderne n'est-il pas celui qui, peu à peu, perd le ciel ?

 

(On n'use plus du mot supernel, que les dictionnaires qualifient, significativement, de désuet et de rare.)

 

 

 

 

05:25 Écrit par Frédéric Tison dans Crayonné dans la marge, Minuscules | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

mardi, 22 mars 2016

L'invisible

 

 

 

Le poème : n'est-il un hommage ignoré ?

 

 

 

 

 

20:11 Écrit par Frédéric Tison dans Minuscules, Sur le poème | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

lundi, 14 mars 2016

Ce qui se lève

 

 

 

Il est — comme on a dit qu'il est des tableaux qui « se lèvent » — des paysages qui se lèvent soudain devant nos regards, ou en eux. Mais c'est la terre entière, ses visages et ses ciels, qui pourraient se lever.

 

 

 

17:57 Écrit par Frédéric Tison dans Minuscules | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

mardi, 08 mars 2016

Ou bien

 

 

 

J'écoute la radio et je me dis que le monde est faussement confié à ceux qui ne l'habitent pas ; il n'est question que de... et de... Quant à nous, quand aimerons-nous ce monde, et quand irons-nous dans le monde, celui où vivent ceux-là et qui ne l'habitent pas, sans le savoir ? Mais il suffit de le savoir...

 

 

 

18:44 Écrit par Frédéric Tison dans Minuscules | Lien permanent | Commentaires (9) |  Facebook |