Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 25 mars 2018

Pour le centenaire de la mort d'un génie

 

 

 __________

 

 

Claude Debussy (22 août 1862-25 mars 1918), Nocturnes :
Nuages, Fêtes, Sirènes (1897-1899)
direction de Pierre Boulez, The Cleveland Orchestra, 1993.

 

 ____________

 

 

09:09 Écrit par Frédéric Tison dans Un concert sur un blogue | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

lundi, 18 décembre 2017

Du sublime

 

 

 

 

Maurice Duruflé, Messe cum jubilo (1966)
pour baryton solo, chœur de barytons, orchestre & orgue, opus 11
Orchestre national du Capitole de Toulouse,
Orfeon Donostiarra, Marie-Claire Alain & Michel Plasson.

 

 

 

 

17:59 Écrit par Frédéric Tison dans Un concert sur un blogue | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

mardi, 22 août 2017

Une merveille de délicatesse et de profondeur

(... dans une excellente interprétation.)

 

 

 

 

Érik Satie, Socrate, drame pour voix et orchestre (1918)
sur des dialogues de Platon traduits par Victor Cousin

(extraits du Banquet, du Phèdre, du Phédon).
Jean-Paul Fouchécourt, ténor, Ensemble Erwartung, Bernard Desgraupes, 1993.

 

 

 

 

 

12:03 Écrit par Frédéric Tison dans Un concert sur un blogue | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

mercredi, 17 mai 2017

Le plus beau, le plus élégant Concerto du monde ?

 à mes amis, et plus spécialement à Sylvie ***

 

 

 

 

Mozart, Concerto pour piano n° 22,
English Chamber Orchestra, piano : Murray Perahia (1977)

 

 

19:07 Écrit par Frédéric Tison dans Un concert sur un blogue | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

dimanche, 07 mai 2017

Prière (pour des temps de détresse)

 

 

 

 

 

Mozart, Ave Verum Corpus (1791),
 dirigé par Riccardo Muti.

 

 

 

 

18:24 Écrit par Frédéric Tison dans Un concert sur un blogue | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

lundi, 20 juin 2016

Une autre lenteur

 

 

La plus exquise lenteur, parsemée de silences, traverse la musique de Satie : c'est de celle-ci que nous avons besoin, un jour de pluie, c'est ce jour auquel elle répond, et c'est celle-ci que nous appelons pour redoubler la pluie la plus douce. On dirait que chaque note précède, retarde et attend à la fois chaque goutte de pluie qui touche nos toits.

 

 

 

Érik Satie, florilège par Branka Parlic.
(Le dernier morceau est estompé et coupé, mais l'interprétation est si belle et si neuve...)

 

 

 

jeudi, 09 juin 2016

Une musique pour tous les soirs du monde

 

 

 

 

 

 Joseph Haydn, Symphonie n°45 en fa dièse mineur, « Les Adieux » (1772), 
dirigée par Charles Mackerras (1989).

 

 

 

17:12 Écrit par Frédéric Tison dans Un concert sur un blogue | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

mardi, 12 janvier 2016

Musique pour un mardi soir

 

 

 

 

 

Joseph Haydn, Symphonie n°53 en ré majeur, dite L'Impériale (1777-1780),
direction : Sigiswald Kuijken, La Petite Bande.

 

 

(La plupart des Symphonies de Haydn ne semblent-elles pas avoir été composées dans un beau parc, non loin d'un château ?)

 

 

 

dimanche, 23 août 2015

Interlude lent

 

 

 

 

Érik Satie, Gymnopédies 1 & 3 (1888),
orchestration de Claude Debussy (1896)

 

 

 

16:30 Écrit par Frédéric Tison dans Un concert sur un blogue | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

dimanche, 05 juillet 2015

Des nouvelles du sublime

 

 

 

 

Jean Sibelius, Suite du Roi Christian II (1898), [V.] « Nocturne »,
dirigé par Neeme Järvi.

 

 

Ah, si j'avais pu écouter cela en me promenant dans le parc du château de Combourg !