Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 29 novembre 2019

Moment

 

 

 

C'est en écoutant une émission de Radio Classique, qui diffuse parfois du jazz, que je découvris il y a peu ce morceau qui, dans cette interprétation, me sembla un moment de grâce. Il faut écouter jusqu'au bout, sans hésiter à monter le son, cette pièce étonnante, légère, profonde et grave par endroits. Moi qui n'écoute guère que de la musique dite classique, je me suis même procuré le disque complet, où figurent d'autres morceaux presque aussi beaux, que j'écoute désormais entre Ravel, Satie et Debussy, même si mes préférences n'ont pas changé...

 

_____________

 

 

Brad Mehldau Trio, And I Love Her, dans Blues and Ballads
(℗ 2016 Nonesuch Records Inc.) ;
piano : Brad Mehldau ; batterie : Jeff Ballard ; basse : Larry Grenadier ;
écrit par John Lennon & Paul McCartney, enregistré en 2012.

 

 

 

10:01 Écrit par Frédéric Tison dans Un concert sur un blogue | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

dimanche, 24 novembre 2019

Du voyage et de la magnificence

 

 

 

Quelle musique ! Par sa légèreté profonde, par son élégance suprême, elle inspire également, après son écoute, toute l'écriture — elle exprime l'esprit du voyage et la magnificence, qui manquent toujours et qu'il faut traquer sans cesse.

 

_______________

 

 

Jean Sibelius (1865-1957), Le Roi Christian II, Suite, I : Nocturne.
New Zealand Symphony Orchestra dirigé par Pietari Inkinen.

 

 

 

 

mardi, 19 novembre 2019

L'un des plus beaux tableaux du monde

 

 

 

 

SAM_4178 b.jpg

 

Arnold Böcklin (1827-1901), L'Île des Morts (première version, 1880),
au musée des beaux-arts de Bâle, en Suisse,
photographie : octobre 2018.

 

Sergueï Rachmaninoff, L'Île des Morts, poème symphonique,
Royal Stockholm Philharmonic Orchestra dirigé par Sir Andrew Davis

(avec, en illustration,
L'Île des Morts d'Arnold Böcklin,
version (1884) se trouvant à l'Ermitage, à Saint-Pétersbourg.)

 

 

 

jeudi, 04 juillet 2019

Si seulement

 

 

 

 

Sergueï Rachmaninoff, Concerto pour piano n°2 (1900-1901),
Arthur Rubinstein, piano ;
Orchestre symphonique de Chicago dirigé par Fritz Reiner, 1956.

 

 

 

01:06 Écrit par Frédéric Tison dans Un concert sur un blogue | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

samedi, 08 juin 2019

Une autre version

 

 

 

 

 

 

Philip Glass (1937-), Étude pour piano n° 6. Andrew Chubb, piano (2010).

 

 

 

 

13:18 Écrit par Frédéric Tison dans Un concert sur un blogue | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

vendredi, 07 juin 2019

Il y a quelqu'un

 

 

 

 

 

Philip Glass (1937-), Étude pour piano n° 6.

 

 

 

 

14:04 Écrit par Frédéric Tison dans Un concert sur un blogue | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

mardi, 19 février 2019

Une belle symphonie méconnue

 

 

 

 

 

Erich Wolfgang Korngold (1897-1957), Symphonie en fa dièse majeur (1953),
par le Nordwestdeutsche Philharmonie dirigé par Werner Andreas Albert.

 

 

 

 

17:46 Écrit par Frédéric Tison dans Un concert sur un blogue | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

jeudi, 03 janvier 2019

L'extraordinaire symphonie

 

 

 _____________

 

 

 

Anton Bruckner, Symphonie n° 9 en ré mineur (1887-1896 - symphonie inachevée),
« dem lieben Gott » (« à Dieu ») ;

 Claudio Abbado dirige l'Orchestre philharmonique de Vienne.

 

________

 

 

16:22 Écrit par Frédéric Tison dans Un concert sur un blogue | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

lundi, 31 décembre 2018

Kullervo

 

 

_________

 

 

 

Jean Sibelius, Kullervo, symphonie lyrique en cinq tableaux (1892),
Paavo Jarvi dirige le Royal Stockholm Philharmonic Orchestra,
Estonian National Male Choir, Peter Mattei, Randi Stene.

 

________

 

 

 

04:34 Écrit par Frédéric Tison dans Un concert sur un blogue | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

mercredi, 24 octobre 2018

La Gnossienne IV

 

 

 

 

 

Érik Satie, Gnossienne IV, lent (Six Gnossiennes, 1889-1891),
Aldo Ciccolini, piano, 1984.

 

 

 

 

 

05:20 Écrit par Frédéric Tison dans Un concert sur un blogue | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |