Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 18 août 2018

La main de métal

 

 

 

 

 

SAM_7906.JPG

 

Marque-page sur un exemplaire du Traité des armes (1740)
de Pierre Jacques François, La Haye : Pierre de Hondt éditeur, 1740,
dans la vitrine de la Librairie Laurent Coulet, boulevard Haussmann, à Paris VIII,
photographie : octobre 2017.

 

 

 

 

mercredi, 10 janvier 2018

Hölderlin par Jouve

 

 

 

 Rappel : Friedrich Hölderlin dans Les Lettres blanches.

 

 _____________

 

 

 

Friedrich Hölderlin : Folie et génie, par Pierre Jean Jouve (1951/France Culture).
Diffusion sur la Chaîne Nationale le 23 octobre 1951.
Réalisation : Roman Kowaliczko. Photographie de Pierre Jean Jouve : © Granger Historical Picture Archive/
Alamy Stock Photo. Franz Karl Hiemer, Portrait de Friedrich Hölderlin (1792).

 

« Lui-même traducteur, avec Pierre Klossowski, des Poèmes de la folie, Pierre Jean Jouve proposait quarante minutes en compagnie du poète allemand Friedrich Hölderlin, que le psychanalyste Jean Laplanche devait coucher sur son divan, plus d'un siècle après sa mort. Avait-il trouvé les clés de la folie du génial Hölderlin, que d'autres avant lui, et après lui, ont essayé de découvrir ? Cette folie, sans l'élucider, Pierre Jean Jouve nous la raconte ici, notamment à travers le récit qu'a laissé Wilhelm Waiblinger de la visite qu'il rendit en 1822 à Hölderlin, cloîtré dans la maison du menuisier Zimmer de Tübingen. »

Source : France Culture.

 

 

 

12:18 Écrit par Frédéric Tison dans Marginalia, Sur le poème | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

mercredi, 03 janvier 2018

La voix du poète

 

 

 

 

 

Pierre Jean Jouve lit un poème de Matière céleste (1937),
« Matière céleste dans Hélène ».

 

 

 

 

 

mercredi, 27 décembre 2017

Pourquoi quelque chose plutôt que rien ?

 

 

 

Je signale la parution, sur le blogue de l'artiste Damien Brohon,
d'une belle synthèse de deux interventions siennes :

 

Pourquoi quelque chose plutôt que rien ?

 

 

 

 

 

 

05:48 Écrit par Frédéric Tison dans Marginalia | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

jeudi, 12 octobre 2017

Le Temps

 

 

 

 

Frédéric Tison 1994.JPG

 

Portrait de l'auteur en jeune homme (1994).

 

 

 

 

 

08:48 Écrit par Frédéric Tison dans Crayonné dans la marge, Marginalia | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

mercredi, 19 avril 2017

Ombres dans la rue

 

 

 

Je dépose rarement dans ces pages virtuelles une photographie qui n'est pas de moi — une fois n'est pas coutume. Mais j'aime tant ce cliché du photographe américain Roy Pinney, il me parle tant, que je ne résiste pas au plaisir de le partager ici. Il y a dans cette image un vrai regard sur notre monde moderne — la solitude au sein de la multitude dont parla si bien Baudelaire, le vertige et le temps ; et aussi, comme me le dit si justement une amie à qui je la montrai, un peu d'inquiétude...

 

 

Roy Pinney New York 1950.jpg

 

Roy Pinney (1911-2010), New York, 1950. (Source.)

 

 

 

 

samedi, 31 octobre 2015

Autoportrait traversé

 

 

 

 

SAM_0932 b.jpg

 

Autoportrait de l'auteur dans une Eau claire, au jardin d'Albert Kahn,
à Boulogne-Billancourt, en ce jour
(clin d’œil amical à ceux de mes Lecteurs
qui se rendirent sur la page consacrée à quelques poèmes miens,
sur la page de la Revue Ce Qui Reste).

 

 

 

20:13 Écrit par Frédéric Tison dans Marginalia | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

mardi, 10 juin 2014

La chanson essentielle, évidemment

  

à ...

 

 

Odette Laure (1917-2004), "Allô, mon cœur" (1957).

 

 

21:25 Écrit par Frédéric Tison dans Marginalia | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |