Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 23 novembre 2017

Premiers ciels

(Où je bouscule un peu la chronologie de ce blogue, avant de revenir au mois d'avril 2017 ; je briserai encore, de loin en loin, cette chronologie.)

 

 

 

Les ciels de Georges Michel sont encore quelque peu timides, dans ses premiers tableaux, lesquels, lorsqu'ils n'en sont pas des copies, sont de beaux hommages à Ruysdael, Cuyp ou Hobbema ; ses ciels ne se distinguent guère de ceux de leurs toiles. Admirons des ciels certes intenses et riches, mais toujours sereins, les nuages teintés de roses ou lourds de pluie demeurant les lents vaisseaux calmes d'un ciel que Dieu a créé. Des maîtres hollandais du paysage, Georges Michel est encore ici l'admirateur éperdu, avant d'en devenir le continuateur talentueux et bientôt le génial recréateur.

 

 

GM 1.jpg

 

Georges Michel (1763-1843) & Jacques Swebach-Desfontaines (1769-1823),
La Carriole dans le chemin avec deux cavaliers (Collection privée),
à l'exposition « Georges Michel, le paysage sublime »,
au monastère royal de Brou, à Bourg-en-Bresse, photographie : octobre 2017.

 

 

 

GM 2.jpg

 

Georges Michel (1763-1843) d'après Jacob van Ruysdael (1628/29-1682),
Les Blanchisseuses de Haarlem (Musée de l'Oise à Beauvais),
à l'exposition « Georges Michel, le paysage sublime »,
au monastère royal de Brou, à Bourg-en-Bresse, photographie : octobre 2017.

 

 

Georges Michel sur ce blogue.

 

 

 

 

mercredi, 22 novembre 2017

Triomphe (2)

 

 

 

Silène-Dalou.jpg

 

 Aimé-Jules Dalou (1838-1902), Le Triomphe de Silène (1898),
au Jardin du Luxembourg, à Paris, photographie : avril 2017.

 

 

 

 

 

Triomphe

 

 

 

 

Silène.jpg

 

 Aimé-Jules Dalou (1838-1902), Le Triomphe de Silène (1898), détail,
au Jardin du Luxembourg, à Paris, photographie : avril 2017.

 

 

 

 

 

mardi, 21 novembre 2017

L'invention du poème

 

 

 

« Si vous ne trouvez pas une prière qui vous convienne, inventez-la », écrivait saint Augustin dans De la Doctrine chrétienne. Remplaçons le mot prière par celui de poème (mais tout poème n’est-il pas à sa façon une prière ?), et nous percevrons à mon sens l’origine du désir qui préside à la création d’un poème : ce dernier, qui maintenant se déploie sur la page, est celui que nous n’avions pas encore lu, que nous souhaitions voir arriver au jour, par notre voix particulière.

 

 

 

05:54 Écrit par Frédéric Tison dans Crayonné dans la marge, Sur le poème | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

lundi, 20 novembre 2017

Monument à Charles Baudelaire

 

 

 

 

frédéric tison,photographie,Pierre-Félix Fix-Masseau,monument à charles Baudelaire

 

Pierre-Félix Fix-Masseau (1869-1937), Monument à Charles Baudelaire (1936),
au Jardin du Luxembourg, à Paris, photographie : avril 2017.

 

 

 

 

 

dimanche, 19 novembre 2017

Les magnifiques décors

 

 

 

 

3.jpg

 

 Antonio Codognato (actif dans la IIe moitié du XVIIIe s.), Vues des magnifiques décors
 et illuminations du théâtre San Samuele à Venise
(1753),
à l'exposition "Sérénissime ! Venise en fête, de Tiepolo à Guardi",
au musée Cognacq-Jay, à Paris III, photographie : février 2017.

 

 

 

 

Des nouvelles d'Alvise IV Mocenigo

 

 

 

 

2.jpg

 

Francesco Guardi (vers 1712-1793), Le Doge Alvise IV Mocenigo
sur la place Saint-Marc
(vers 1775-1777),
à l'exposition "Sérénissime ! Venise en fête, de Tiepolo à Guardi",
au musée Cognacq-Jay, à Paris III, photographie : février 2017.

 

 

 

 

 

 

samedi, 18 novembre 2017

Farinelli

 

 

 

1.jpg

 

Jacopo Amigoni (vers 1682-1752), Portrait de Carlo Broschi, dit Farinelli (1705-1782) (1740),
à l'exposition "Sérénissime ! Venise en fête, de Tiepolo à Guardi",
au musée Cognacq-Jay, à Paris III, photographie : février 2017.

 

 

 

 

 

vendredi, 17 novembre 2017

Une rencontre à Saint-Mandé avec Damien Brohon et Frédéric Tison

 

 

ARTS ET JALONS

Association Loi 1901

vous invite à la présentation de :

 

Damien BROHON, plasticien

et de

Frédéric TISON, poète

par Jean-Louis BERNARD

 

Le 25 novembre 2017 à 14 h 30

 

Au Centre Pierre Cochereau - près de la Mairie de Saint-Mandé,

2 avenue Gambetta - 94160 St Mandé Métro : St Mandé / Bus : 86, 56, 325

Station VELIB à proximité – Parking sous la place de la mairie

 

 

 

D.Brohon, La porte, 24 X 18 cm, aquarelle sur papier, 2017 (1).jpg

 Damien Brohon, La Porte, 24x18, aquarelle sur papier, 2017.

(Cliquer pour agrandir.)

 

 

 

jeudi, 16 novembre 2017

Suscinio

 

 

 

 

chdeS1.jpg

 

Le château de Suscinio (XIIIe-XVe s.), demeure des ducs de Bretagne,
à Sarzeau, dans le Morbihan,
photographie : février 2017.