Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 28 septembre 2016

L'arbre de Bhô

 

 

 

 

4. Arbre de Bhô.jpg

 

 

4. Arbre de Bhô 2.JPG

 

L'arbre sacré de Bhô, descendant du “ficus religiosa” sous lequel le Bouddha reçut l'illumination,
et dont il apporta en personne une ramure il y a vingt-cinq siècles à Ceylan,
à Anurâdhapura, dans la Province du Centre-Nord, au Sri Lanka,
photographies : avril 2016.

 

4. Arbre de Bhô 3.JPG

 

 

 

 

Au Sri Lanka — Notes de carnet (3)

 

 

Mardi 19 avril 2016 [suite] (le soir)

 

Aux abords du temple de l’arbre de Bhô, à Anurâdhapura, avant d’avancer : sourd brusquement une odeur effroyable, immonde, une odeur de Géhenne, lourde, atrocement grasse et comme sucrée ; mais à peine tente-t-on de la fuir qu’un vent chaud apporte bienheureusement, qui se mêle à cette puanteur, un parfum mêlé de lotus, de nénuphars et d’encens, et qu’alors une main fraîche et douce vient traverser cette haleine jusqu’à notre visage. Il faut ôter ses chaussures avant d’entrer en ces lieux, et y marcher pieds nus.

 

***

 

La ville sacrée – qui est immense, passés les faubourgs et la ville moderne – comprend plusieurs monastères et stupas qui sont autant d’ensembles architecturaux ; les monastères sont plus ou moins en ruines, et désertés ; le premier ensemble que je visite est celui de l’arbre de Bhô, où un temple est consacré à ce figuier apporté par le Bouddha lui-même à Ceylan, il y a vingt-cinq siècles ; puis celui du stupa Ruvanvelisaya, et encore ceux de Thuparamaya, de Lankarama,  Abhayagiriya et Jetavana – autant de noms que je m’empresse de récrire après les avoir tout à l’heure griffonnés dans les marges de ce carnet. Le livre que j’ai lu avant de me rendre ici précisait qu’on parlait, au Sri Lanka, pour évoquer ces sanctuaires aux formes rondes surmontés d’une sorte de mât entouré d’une balustrade, de dagobas, tandis qu’en Inde les mêmes édifices se nomment stupas. Mais pas du tout : tout le monde parle ici de stupa ; dagoba n’est qu’un synonyme. On n’y peut pas entrer ; ils ont été scellés après qu’on eut placé dans leur cœur une relique sacrée, fragments du corps du Bouddha, objets lui ayant appartenu, copies de livres du canon bouddhique.

Il y a des stupas de toute taille ; les plus grands sont très impressionnants, des forces encastrées sur la terre ; en en faisant le tour, toujours pieds nus sur des esplanades circulaires de pierres brûlantes (de temps à autre on peut marcher, ou plutôt sautiller (!), sur de petits tapis sales et poussiéreux déposés ça et là, mais qui ne sont guère moins ardents), je ne me sens nullement écrasé – bien plutôt protégé : c’est qu’il émane de ces gigantesques immobilités une sérénité qui n’est nullement un rêve livresque ; une étonnante harmonie de lourdeur et d’élévation.

 

***

  

J’ai offert ma fleur de nénuphar près de l’arbre de Bhô à un Bouddha lointain et proche ; je suis venu là avec toute ma mélancolie, toute ma vie, tout mon chemin. Ce soir, j’ai encore la plante de mes pieds qui brûle doucement, elle me lance par à-coups, cela va passer. Sublimes dalles ! Humilité ! Couleurs ! Beauté ! Voix ! Chants ! Odeurs ! Poussière ! Sueur ! Soleil ! Et quelque vertige ! J’eusse voulu que ma peau fût plus bronzée, à cette occasion, pour me fondre encore dans la foule orante et chantante, pour que nul ne me remarquât glissant la tige de ma fleur parmi les innombrables autres – mais lorsque j’y pense, nul ne faisait réellement attention à moi, tout à l’heure, j’étais une ombre blanche dans ces vêtements blancs dont le guide m’avait recommandé de me vêtir pour venir là ; même le plus pauvre d’entre ces pèlerins est habillé dignement ; tous ces gens, les enfants, les femmes assises par terre dans la poussière et psalmodiant, les hommes adorant et déambulant, tous étaient bienveillants, et ne jetaient qu’un coup d’œil distrait vers mon visage ou mon appareil photographique ; j’aurais eu en horreur d’être pris pour un touriste seulement (même si je le suis, évidemment) ; et ils m’eussent vaguement méprisé si j’étais là venu (Dieu m’en garde !) en tee-shirt informe et bermuda (on ne doit pas laisser apparaître ses genoux) – ils auraient eu raison : ils sont fiers, eux, de leurs traditions, et calmement, et naturellement.

 

***

 

J’ai marché pieds nus sur des dalles brûlantes, vers un temple, un figuier et un autel… Déjà me manquent ce lieu et cette fleur de nénuphar, ce soir. Heureusement, je suis à l’hôtel, il n’y a pas d’esclaves baudelairiens avec des palmes mais quelque vent… Nous sommes passés de 40 à 32°C, c’est presque une fraîcheur ! Et la joie pure d’une douche… (Voilà une note que je trouverai sans doute ridicule lorsque je me relirai, à Paris, mais qu’importe !)

 

***

 

Dans le stupa Abhayagiriya repose une statue de Bouddha allongé, la tête posée sur un coussin et sur sa main, les pieds symétriquement joints – ce qui signifie qu’il s’agit du Bouddha mort, même si ses yeux sont à demi clos, tandis que, s’il est représenté les pieds joints mais l’un légèrement décalé par rapport à l’autre, il est seulement en train de dormir ou de se reposer. Contempler le Bouddha en sachant qu’il est mort… C’est comme s’il était là sans être là, il n’a laissé que sa trace, lui est dans l’éternité, ou plutôt, il a basculé dans l'anéantissement extatique… Et sa statue regarde le monde encore.

 

(...)

 

 

mardi, 27 septembre 2016

Vers l'arbre sacré

 

 

 

3. Vers l'arbre de Bhô.JPG

 

Chemin menant au temple de l'arbre de Bhô, à Anurâdhapura,
dans la Province du Centre-Nord, au Sri Lanka,

photographie : avril 2016.

 

 

 

Le lac de Tissa

 

 

 

 

1. Sri Lanka - lac de Tissa.JPG

 

Le lac artificiel de Tissa, à Anurâdhapura,
dans la Province du Centre-Nord, au Sri Lanka,

photographie : avril 2016.

 

 

 

lundi, 26 septembre 2016

Dans la ville moderne

 

 

 

0. Rue 2.jpg

 

 

0. Rue.jpg

 

Rues "typiques", avec leur circulation frénétique et leurs tuk-tuk, à Anurâdhapura,
dans la Province du Centre-Nord, au Sri Lanka,

photographies : avril 2016.

 

 

 

 

Le marchand de statuettes

 

 

 

 

0. Boutique.jpg

 

Une échoppe (un commerce de statuettes & figurines du Bouddha), dans une rue d'Anurâdhapura,
dans la Province du Centre-Nord, au Sri Lanka,

photographie : avril 2016.

 

 

 

 

dimanche, 25 septembre 2016

L'arrivée

 

 

 

SAM_6337.JPG

 

Anurâdhapura,
dans la Province du Centre-Nord, au Sri Lanka,

photographie : avril 2016.

 

 

Trois cartes éditées par la Galerie Expression d’Aujourd’hui

 

 

 

Trois cartes doubles éditées par la Galerie Expression d’Aujourd’hui, en édition limitée à 30 exemplaires, signées et numérotées.
Chaque carte comporte un texte original de Frédéric Tison et la reproduction de l’œuvre plastique qui a été la source d’inspiration.
 
- Damien Brohon, La Fenêtre II, dessin sur papier (2016)
- Sophie Courtant, Belle au bois, gravure (manière noire)
- Marc Tanguy, Sans titre, huile sur toile (2009-2013)
 
Prix : 1 carte, 18 euros
Prix : 2 cartes, 30 euros
Prix : 3 cartes, 45 euros
 
Prix exceptionnel jusqu’au lundi 17 octobre 2016 ; après cette date chaque carte sera vendue au prix de 18 euros.
 
Galerie Expression d’Aujourd’hui
Contact@expressiondaujourdhui.fr
Expression d'aujourd'hui
32 rue Raspail
92300 Levallois Perret
+33 (0) 6 41 20 26 77 / www.expressiondaujourdhui.fr
 

14364764_1756123761302773_6251939516517502521_n.jpg

Damien Brohon, La Fenêtre II, dessin sur papier (2016), poème de Frédéric Tison.

 

14468590_1756126944635788_8242884787918365062_o.jpg

Sophie Courtant, Belle au bois, gravure (manière noire), poème de Frédéric Tison.

 

14468382_1756127404635742_3705195854164076178_o.jpg

Marc Tanguy, Sans titre, huile sur toile (2009-2013), poème de Frédéric Tison.

 

 

 

09:52 Écrit par Frédéric Tison dans Une petite bibliothèque | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les Hommes sans Épaules au Salon de la revue de Paris

 

 

 Communiqué

_______

 

14 octobre - 16 octobre 2016


Les Hommes sans Épaules au 26ème Salon de la revue de Paris

 

Les Hommes sans Épaules sont présents au 26ème Salon de la revue pour y présenter le n°41 des HSE (Dossier : La parole est toujours à Benjamin Péret), le n°42 des HSE (Dossier : Claude Pélieu et la Beat generation), les derniers numéros et livres édités (Marc Patin : Les yeux très bleus d'une nuit..., Œuvre poétique 1938-1944, Frédéric Tison : Le Dieu des portes...)

 

Le Salon de la revue 2016 (Espace des Blancs-Manteaux, 48, rue Vieille du Temple, Paris 4, métro : Hôtel de Ville) est ouvert au public le vendredi 14 octobre de 19h à 22h, le samedi 15 (10h-20h) et le dimanche 16 (10h-19h30). 

Signatures sur le stand : Pierre Joris & Alain Brissiaud, pour le dossier Claude Pélieu & la Beat generation (in HSE 42), le samedi de 14h à 19h ;
Frédéric Tison, pour
Le Dieu des portes, le dimanche de 14h à 18h.

________

 

 

 

 

06:25 Écrit par Frédéric Tison dans Une petite bibliothèque | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

samedi, 24 septembre 2016

Des milliers de moines en rouge

 

 

 

 

Sri Lanka - moines en rouge.jpg

 

Jardin d'un monastère bouddhiste, le long de la route vers la ville sainte d'Anurâdhapura,
dans la Province du Centre, au Sri Lanka,

photographie : avril 2016.

 

Pour voir l'image en un plus grand format.