Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 19 février 2021

« C'est là que je voudrais vivre » (L'Espace)

 

 

 

 

SAM_9888.JPG

 

Le château de Champs (1699-1707),
à Champs-sur-Marne,

photographie : février 2021.

 

 

 

jeudi, 18 février 2021

Paris, février 2021

 

 

 

151685058_4119411988069119_558636676423978932_o.jpg

 

Paris, photographie : jeudi 18 février 2021.

 

 

 

 

 

13:23 Écrit par Frédéric Tison dans Photographies solitaires | Tags : frédéric tison, photographie, paris | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Feuilles mortes

 

 

 

SAM_9845.JPG

 

Dans le bassin de Scylla du parc du château de Champs, à Champs-sur-Marne,
photographie : février 2021.

 

 

frédéric tison,photographie,bassin de scylla,château de champs,feuille

 

Frédéric Tison, La Feuille morte, encre sur papier noir, 21 x 29.7 cm, février 2021.

 

 

 

 

mercredi, 17 février 2021

Le balcon des oiseaux

 

 

 

SAM_9866.JPG

 

Nichoir, dans le parc du château de Champs,
à Champs-sur-Marne,

photographie : février 2021.

 

 

 

mardi, 16 février 2021

Champs (Toujours, toujours) ou La Perfection

 

 

 

SAM_9825.JPG

 

 Le château de Champs (1699-1707),
à Champs-sur-Marne,

photographie : février 2021.

 

 

 

lundi, 15 février 2021

L'Yver

 

 

 

 

SAM_9906.JPG

 

Le buste de l'Hiver (XIXe s.), restauré récemment,
dans le salon de Madame (Madame Cahen d'Anvers), dans le parc du château de Champs,
à Champs-sur-Marne,

photographie : février 2021.

 

(L'image d'un détail de cette statue figure sur la couverture de mon livre,
Les Effigies, paru en 2013 aux éditions Librairie-Galerie Racine.)

 

 

 

 

jeudi, 11 février 2021

Dans le train transparent

 

 

 

frédéric tison,photographie,train

 

Dans un train, entre l'Allier et Paris, photographie : janvier 2021.

 

 

 

 

04:28 Écrit par Frédéric Tison dans Photographies solitaires | Tags : frédéric tison, photographie, train | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

mercredi, 10 février 2021

La Louvière (3)

 

 

 

SAM_9818.JPG

 

Le château de la Louvière (1926), à Montluçon, dans l'Allier, photographie : décembre 2020.

 

 

 

 

mardi, 09 février 2021

L'Orangerie

 

 

 

SAM_9809.JPG

 

L'Orangerie du château de la Louvière (1926), à Montluçon, dans l'Allier, photographie : décembre 2020.

 

 

 

 

lundi, 08 février 2021

Sur La Table d'attente, par Claire Boitel : une note de lecture

 

 

Note de lecture de Claire Boitel sur La Table d'attente de Frédéric Tison :

 

Frédéric Tison utilise l'héraldique pour nommer les chapitres de son recueil, tournoi aux couleurs de la Beauté, dans un mouvement ascendant : Sur champ de sable (noir), Sur champ d'argent, Sur champ d'azur, Sur champ d'or.

Ce sont des écus vides sur lesquels le poète greffe ses fantasmagories précieuses, créant ainsi ses propres blasons.

Le support est toujours cette Table d'attente, qui trouve sa place entre le Livre II, argent, et le Livre IV, azur, comme si à l'intérieur même de l'attente il y avait des goûts différents, la pré-attente et la post-attente, tout ceci étant encore Attente.

"Je rêvais qu'un ciel était peint à la feuille d'or."

La Table d'attente réunit harmonieusement les quatre éléments :

Sous le signe de l'eau (fontaines, pluie, neige, larmes, miroir, torrents...), l'eau fuyante et indéterminée, l'eau qui attend le corps aimé, son "beau visage".

Dans l'eau s'exprime le mystère de l'Autre désiré :

"les clefs lourdes des fontaines", "Je trouble tes ombres dans la fontaine sculptée, j'y plonge des clefs lourdes", la dernière allusion faisant écho à la première, chacune respectivement en début et en fin du chapitre III, La Table d'attente.

Peut-être le miroir résoudra-t-il l'énigme :

"— J'écris cela dans une chambre d'hôtel face à un grand miroir où je croise mon regard."

Sous le signe du feu (cendres, phare, éblouissements, soleil, or...), car il s'agit de la recherche d'un alter ego aussi flamboyant que soi :

"Six ailes et six flammes : leur veille près d'une porte entrebâillée — puis sur ton ombre leurs vents de braise et leurs nombres affleurant : soirs et matins.

Des verrous brisés, mais des yeux encore fermés : clos sur la pensée, clos sur l'idée...

Six ailes et six flammes : loin de tout charme — six ailes et six flammes ignorées."

Un alter ego aussi fin, aussi sensible que soi...

Le poète, "ardente éclipse", instaure un jeu de cache-cache, un jeu de miroirs entre lui-même et ce "jeune homme (...) propre à recevoir toutes les impressions qu'on voudra lui donner."

Ces impressions, ne sont-elles pas la mer et ses ports, la ville aux multiples visages, les émotions mêmes du poète ?

Sous le signe de l'air (fenêtres, ailes, oiseau, vent...) car le poète est libre, libre et fragile. Nostalgique. Le vent est le symbole du temps :

"Perdu", me dit le vent — et la maison succombe dans les sables avec les visages et le temps. J'ai un meuble de château dans un salon minuscule ; la fenêtre est ouverte et la musique est vaste qui s'en va avec le vent ; mon corps est fragile et tendre. Mes livres innombrables le savent dont j'ai oublié presque toutes les pages."

Sous le signe de la terre enfin (villes, terrasses, tours et toute l'architecture de la nature).

Alchimie merveilleuse du poète qui se transmute en neige, en oiseau, en ville...

"O solitaire.

Il neigera demain : oh ta hâte de t'échouer, de t'apaiser, de régner — de t'échouer lent parmi les feuilles et les pierres, de t'apaiser au terme du songe, de régner blanc sur la terre.

O fiancé."

Voici que la neige aimée tombe sur la terre qui l'attend, table d'attente ; voici aussi que la terre aimée reçoit la neige qui n'attendait que de se poser sur elle.

De ce double mouvement naît le couple.

Couple fantôme, mais chez Frédéric Tison les fantômes s'incarnent, sont "d'os et de sang" grâce à une immense émotion, toujours plus loin dans les mots qui tuent :

"s'offrant au soir où les lampes sont nues et les visages émus d'avoir été tant aimés — certains sont morts d'avoir été tant adorés.

Ce n'est que la terre, ce n'est que la pluie — cette brume où la nuit devient ce qu'elle balbutiait ; cette terre, cette pluie.

Ce n'est que le monde, ce ne sont que des miroirs sombres si rêvent mes instants seuls clairs."

Entre le rêve et le conte, le poète est ce chevalier qui porte vierge son écu et ce magicien qui a fait apparaître son blason.

 
Claire Boitel, in Les Hommes sans Épaules n°50, second semestre 2020.