Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 13 avril 2024

En lettres d'or, à Denain

Denain.jpeg

En lettres d'or, à Denain...

Photographie d'avril 2024

 

"Dans ce pays mon corps est moins étrange ; une seule fleur est mon insolence, et toute ma pensée.

Dans ce pays, mes bras sont lierres et pampres, dans ce pays j'ai des jambes plus légères."

 

Extrait de La Table d'attente (2016-2019). Paris : Librairie-Galerie Racine, collection Les Hommes sans Épaules, 2019, Prix du Poème en prose Louis Guillaume 2021.

 

 

Note rédigée par sa maman, Catherine.

12:00 Écrit par Frédéric Tison dans Traces, Visages du poète | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

vendredi, 12 avril 2024

Les Hommes sans épaules n°57 - Hommage à Frédéric

Le numéro 57 des Hommes sans épaules, à paraître en avril 2024, est dédié à la mémoire de Frédéric.

Capture d’écran 2024-02-04 091346.jpg

Capture d’écran 2024-02-04 091444.jpg

Pour commander ce numéro, suivez ce lien.

 

Que Christophe Dauphin et toute son équipe en soient vivement remerciés.

 

Note rédigée par sa maman, Catherine.

 

dimanche, 24 mars 2024

Hommage dans la Lettre du Crocodile - mars 2024

Un hommage de Claire Boitel à Frédéric est paru dans La Lettre du Crocodile de mars 2024.

Capture d’écran 2024-03-23 123438.jpg

Vous pouvez le lire en entier en vous rendant sur ce lien.

 

Note rédigée par sa maman, Catherine

12:33 Écrit par Frédéric Tison dans Revues, Traces | Tags : frédéric tison, claire boitel, lettre du crocodile | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

samedi, 23 mars 2024

In memoriam - Revue POSSIBLES n°31 - mars 2024

Dans la revue POSSIBLES n°31 de mars 2024, se trouve à la page 14 un hommage de Claire Boitel à Frédéric.

20240323_114607.jpg

 

Qu'elle en soit remerciée, ainsi que Pierre PERRIN, l'artisan-directeur de cette revue.

Celui-ci fut le premier a écrire un article sur Le Dieu des Portes, que l'on peut retrouver ICI.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Commander la revue en ligne.

 

20240323_114948.jpg

20240323_114941.jpg

 

 

Note rédigée par sa maman, Catherine

dimanche, 25 février 2024

27 novembre 2023 - Funérailles de Frédéric - Hommages prononcés par Mouhoun Arezki et Christophe Dauphin

Lors de la messe célébrée le 27 novembre 2023 en l'église Saint Jean de Cachan pour les obsèques de Frédéric,

son collègue et ami Mouhoun Arezki du Collège Jules Verne de Paris XII° lui a rendu un très émouvant hommage.

Christophe Dauphin a prononcé également un très beau discours.


 

Discours filmés par M-L.N et publiés sur la chaîne YouTube de son fidèle ami Norbert Crochet.

 

* * *

HOMMAGE DE MOUHOUN AREZKI À FRÉDÉRIC TISON

Cher Frédéric,


Tes collègues et amis voulaient te dire un dernier au revoir.


Tu laisseras dans nos cœurs le souvenir d'une personne rare, que signalaient ta gentillesse naturelle et ta prévenance à l'égard de tous tes collègues et élèves. Tu as aidé tant d'entre nous, à notre arrivée, par un accueil attentionné.


Nous nous souvenons de ton intelligence, de nos discussions d'arts et de lettres autour d'un café, mais aussi de tes rêves qui nous rendaient le quotidien moins morose.


Et si ton départ nous a tous affectés, nous trouvons un peu de réconfort dans le fait de savoir que ce sont des dizaines de collègues et des milliers d'élèves qui partagent avec nous ces souvenirs de toi, d'un homme si chaleureux, si fin, si élégant, que tout le monde aimait. C'est finalement, une partie de toi qui vit en chacun de nous encore aujourd'hui, dans notre mémoire et dans nos cœurs.


Alors, au nom de tes élèves, de tes collègues, de tes amis : merci Monsieur Tison, merci Frédéric d'avoir croisé notre chemin. Merci infiniment pour ta bonté si précieuse.

 

* * *

HOMMAGE DE CHRISTOPHE DAUPHIN À FRÉDÉRIC TISON
(Lundi 27 novembre 2023, église Saint-Jean de Cachan).


Je m’appelle Christophe Dauphin. Je suis poète et directeur de la revue de poésie contemporaine Les Hommes sans Épaules. Je m’exprime en mon nom et en celui des membres de notre comité de rédaction.


Frédéric Tison est l’auteur de six livres de poèmes, d’un récit poétique et de vingt-sept livres de contes et de poésie, à tirages limités ou le plus souvent hors commerce.

Frédéric est également un grand mélomane, voyageur des lointains, amateur de textes rares et oubliés. Il publie encore, en tant que photographe, ses propres albums de photographies, et pratique le dessin à l’encre de Chine.


Nous avons fait sa connaissance en 2007, en recevant par la poste sa première lettre et ses premiers poèmes. Jusqu’alors, Frédéric est un parfait et total inconnu dans le milieu littéraire. Il écrit au secret. D’emblée, nous sommes saisis par son écriture et son ton personnel. Nous trouvons dans sa poésie, un lieu où semble pouvoir se renouveler le dialogue avec les mythes.


Nous prenons la décision de rencontrer et de publier Frédéric, dans la revue, l’année même, en 2007, étant les premiers à croire à lui, à l’encourager, le lire, lui faire confiance et ce, à quinze reprises.


Frédéric, je le revois seize ans en arrière : un être fragile, délicat, sensible et raffiné, tant dans son langage, sa manière de s’exprimer, sa culture très vaste, que son apparence et son poème.


Il écrit : « Le poème est un regard - le résultat d’un regard, et un regard continué. Il est une aventure de l’esprit qui se passe dans le langage. Mais il est aussi tissé de l’expérience sensible d’une personne, dans un lieu donné, dans un temps donné. On pourrait parler d’un tiraillement entre le rêve et le réel : mais le poème est justement le lieu où peut se résoudre ce conflit… ».


Rejoignant notre groupe, Frédéric en devient l’une des révélations, confirmées. Durant ce laps de temps, nous publions aussi, sous la houlette d’Alain Breton, son éditeur, et des éditions Librairie-Galerie Racine, les six principaux livres de poèmes de Frédéric ; lesquels sont travaillés dans le vivre et ciselés dans l’orfèvrerie du langage.


L’audience littéraire de notre ami s’élargit, avec le temps, bien au-delà de notre entourage. En témoignent des notes de lecture, les revues qui l’accueillent, les deux prix de poésie qu’il obtient et le fait qu’il soit à plusieurs reprises retenu dans la sélection du Prix Mallarmé.


En 2007, nous faisons la connaissance d’un Frédéric timide, effacé, mais toujours souriant, d’une fine intelligence, érudit, curieux, vivant en poésie, très présent dans la vie et les activités de notre groupe. Puis, nous le voyons s’affirmer, gagner en maturité et en confiance, avant, soudain, de le voir tomber, s’abîmer, inexorablement.


C’est une tragédie qui nous rassemble ici, aujourd’hui. 51 ans et une ombre qui parle à la vie, mais non sans avoir vu de l’or dans les yeux du monde, dont Frédéric a rapporté des gemmes, des comètes, des astres amoureux.


Frédéric tu étais et demeure des nôtres, Les Hommes sans Épaules, le poète qui marche dans les regards croisés, sur l’infini d’une déambulation frémissante, certes, de douleur, mais surtout et avant tout de beauté et d’amour.

C’est ce que je retiens de toi et c’est, je pense, ce que tout le monde devrait retenir de toi, qui écris :


Dans ce pays j’ai des yeux plus clairs.

- Mon cœur y est un nombre, une immédiate danse. Je souffle là dans un os qui me chante.

- Dans ce pays mon corps est moins étrange ; une seule fleur est mon insolence, et toute ma pensée.

- Dans ce pays mes bras sont lierres et pampres, dans ce pays j’ai des jambes plus légères.

* * *

Note rédigée par sa maman, Catherine.

dimanche, 04 février 2024

Poésie Première n°87 - Hommages très émouvants à Frédéric

Une parution en ce janvier 2024, avec entre autres, de nombreux hommages à Frédéric, au fil des pages.

poésie première,poésie première numéro 87,frédéric tison

poésie première,poésie première numéro 87,frédéric tison

poésie première,poésie première numéro 87,frédéric tison

Quatre poèmes en son hommage

poésie première,poésie première numéro 87,frédéric tison

Et différentes illustrations de ses peintures se retrouvent au fil des pages, le rendant ainsi présent dans toute cette Revue.

poésie première,poésie première numéro 87,frédéric tison

 

Pour commander cette revue, suivez ce lien.

 

Un grand MERCI à Gérard Mottet et à tous ceux qui ont contribué à lui rendre ce si bel hommage.

 

Note rédigée par sa maman, Catherine.

mardi, 30 janvier 2024

Complément vidéo - Mercredi du poète du 26 septembre 2018

Frédéric fut invité au "Mercredi du poète" le 26 septembre 2018.

Il rédigea à cette occasion une note "souvenir d'un mercredi" sur ce blogue.

Voici, grâce au travail considérable de son fidèle ami Norbert Crochet, une vidéo de ce mercredi.

 


 

Note rédigée par sa maman, Catherine

lundi, 29 janvier 2024

Retour sur "Ondes de choc" du 23 avril 2018, sur Radio Libertaire

Pour tous ceux qui souhaitent continuer à se souvenir de Frédéric et à lui rendre hommage, je publie ici un complément à la note de ce blogue qui évoquait l'émission "Ondes de choc" du 23 avril, à laquelle Frédéric fut invité.

En effet, le podcast de cette émission n'existe plus.

Grâce au travail de mémoire de Norbert Crochet, cet enregistrement est disponible sur sa chaîne YouTube. Qu'il en soit vivement remercié.

 


 

Note rédigée par sa maman, Catherine

dimanche, 28 janvier 2024

Flash-back sur la séance d'Arts et Jalons du 25/11/2017

Frédéric et son ami Damien Brohon furent les invités d'Arts et Jalons le 25 novembre 2017.

Une photo de cet événement fut publiée à l'époque sur ce blogue.

Grâce au travail d'archives de Norbert Crochet, deux vidéos sont à présent publiques sur YouTube. Qu'il en soit vivement remercié.

 


 


Avec une photo de l'assistance de cette journée.

St-Mande (5-2-1) Assistance.JPG

 

Note rédigée par sa maman, Catherine

mardi, 09 janvier 2024

Ondes de choc, sur Radio Libertaire

Radio Libertaire

a invité Les Hommes sans Épaules (Odile Cohen-Abbas & Christophe Dauphin),

lundi 8 janvier 2024, en direct, de 14h30 à 16h00,

(89.4 MHz FM),

dans l'émission Ondes de choc, consacrée à la poésie et

animée par Jehan Van Langhenhoven,

pour un hommage à Frédéric.

*

Frédéric en effet a accompagné Christophe Dauphin à deux reprises dans cette émission.

Il y a été invité le 16 octobre 2017, le 23 avril 2018, le 2 juillet 2018 ainsi que le 10 décembre 2018.

L’animateur appréciait Frédéric et il a proposé un hommage.

Merci aux trois intervenants.

*

L'enregistrement de cette émission se trouve ICI

Merci à Norbert Crochet.

 

Note rédigée par sa maman, Catherine

lundi, 01 janvier 2024

Radio Classique

Capture d’écran 2024-01-07 053042.jpg


podcast

Hommage sonore à Frédéric, de Radio Classique, le 27 novembre 2023...

 

 

Note rédigée par sa maman, Catherine.

lundi, 25 décembre 2023

Frédéric n'est plus...

Les dernières notes de ce blogue, mises en ligne et datées du 13 novembre, étaient stockées par Frédéric en tant que brouillon.

 

Frédéric nous a quittés le 14 novembre 2023, dans son domicile parisien.

 

Ses obsèques ont eu lieu le lundi 27 novembre à l'église St Jean de Cachan (94230), et il est inhumé au cimetière de Denain (59220).

Ce bel hommage des Hommes sans Épaules lui a été rendu lors de la cérémonie.

 

20211222 Paris.jpg

Obsèques Frédéric.jpg

Une main tendue, un ciel entrebâillé un soleil qui se cherche devant tes yeux, près de tes mains... (3).png

Note rédigée par sa maman, Catherine

17:26 Écrit par Frédéric Tison | Tags : frédéric tison | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

lundi, 13 novembre 2023

De la symétrie

 

 

 

Les châteaux et certains jardins classiques d'Europe du XVIIe siècle (enfin, depuis la fin du XVIe siècle), qui sont la symétrie même, sont l'horizon de notre asymétrie humaine.

 

17:19 Écrit par Frédéric Tison | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

A lovely night

 

 

 

 

 

17:18 Écrit par Frédéric Tison | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Ce garçon-là

 

 

Je raconterai mon histoire à un garçon de la galaxie d'Andromède.

 

(Mais tu la connais déjà peut-être, je ne sais plus où je suis, dans le temps, n'est-ce pas, toi ?...)

 

 

 

 

17:18 Écrit par Frédéric Tison dans Crayonné dans la marge, Marginalia, Minuscules | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |