Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 25 septembre 2019

Le désert

 

 

 

« La poésie est un langage en érection », écrivait le poète Georges Séféris, le mot d'érection étant à entendre, naturellement, en ses multiples sens. Il semble hélas que le simple fait d'être un auteur, ou celui qu'on l’apprenne soudain, fassent fuir ou effraient ; le poète et son poème forment un corps d'attente et de désir dans une chambre vide ou brusquement désertée.

 

 

 

dimanche, 27 janvier 2019

La rareté

 

 

 

La langue chante. La langue française chante ;  tout le poème du poète français est de tenter de l'accompagner encore, avec son propre chant.

 

 

 

22:19 Écrit par Frédéric Tison dans Sur le poème | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

vendredi, 19 octobre 2018

Veille

 

 

 

Le poème est une veille supérieure.

 

 

 

 

mercredi, 26 septembre 2018

Phares

 

 

 

Le guide et le gardien — ces deux figures à déceler, toujours, dans l’œuvre de poésie.

 

 

 

 

jeudi, 29 mars 2018

Nécessité

 

 

 

Le poème se doit d'être du pain.

 

 

 

 

lundi, 05 mars 2018

La porte ouverte

 

 

 

 

Le poème : parole merveilleusement, éternellement, patiemment et impatiemment ouverte.

 

 

 

  

17:39 Écrit par Frédéric Tison dans Minuscules, Sur le poème | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

mercredi, 10 janvier 2018

Hölderlin par Jouve

 

 

 

 Rappel : Friedrich Hölderlin dans Les Lettres blanches.

 

 _____________

 

 

 

Friedrich Hölderlin : Folie et génie, par Pierre Jean Jouve (1951/France Culture).
Diffusion sur la Chaîne Nationale le 23 octobre 1951.
Réalisation : Roman Kowaliczko. Photographie de Pierre Jean Jouve : © Granger Historical Picture Archive/
Alamy Stock Photo. Franz Karl Hiemer, Portrait de Friedrich Hölderlin (1792).

 

« Lui-même traducteur, avec Pierre Klossowski, des Poèmes de la folie, Pierre Jean Jouve proposait quarante minutes en compagnie du poète allemand Friedrich Hölderlin, que le psychanalyste Jean Laplanche devait coucher sur son divan, plus d'un siècle après sa mort. Avait-il trouvé les clés de la folie du génial Hölderlin, que d'autres avant lui, et après lui, ont essayé de découvrir ? Cette folie, sans l'élucider, Pierre Jean Jouve nous la raconte ici, notamment à travers le récit qu'a laissé Wilhelm Waiblinger de la visite qu'il rendit en 1822 à Hölderlin, cloîtré dans la maison du menuisier Zimmer de Tübingen. »

Source : France Culture.

 

 

 

12:18 Écrit par Frédéric Tison dans Marginalia, Sur le poème | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

mardi, 21 novembre 2017

L'invention du poème

 

 

 

« Si vous ne trouvez pas une prière qui vous convienne, inventez-la », écrivait saint Augustin dans De la Doctrine chrétienne. Remplaçons le mot prière par celui de poème (mais tout poème n’est-il pas à sa façon une prière ?), et nous percevrons à mon sens l’origine du désir qui préside à la création d’un poème : ce dernier, qui maintenant se déploie sur la page, est celui que nous n’avions pas encore lu, que nous souhaitions voir arriver au jour, par notre voix particulière.

 

 

 

05:54 Écrit par Frédéric Tison dans Crayonné dans la marge, Sur le poème | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

samedi, 15 juillet 2017

Deux points

 

 

 

Savoir : le monde cherche quelque chose en tâtonnant et connaître : le poème est la somme du chasseur et du trésor.

 

 

 

 

06:11 Écrit par Frédéric Tison dans Crayonné dans la marge, Sur le poème | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

jeudi, 27 avril 2017

Un après-midi pour le poème

 

 

 

 

Béatrice Marchal.jpg

 

Les poètes Jean-Pierre Lemaire, Béatrice Marchal & Bernard Fournier,
à l'occasion de la présentation de l’œuvre poétique de Béatrice Marchal
lors du "Mercredi du Poète", au café-restaurant Le François-Coppée, à Paris VI,
photographie : mercredi 26 avril 2017.