Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 04 février 2017

Du regard

 

 

 

Il me faudrait vivre à Paris, et partout en France, comme j'ai voyagé au Sri Lanka : en voyageur étonné. Cependant mes habitudes sont des scandales (au sens étymologique) sur mes chemins : elles sont des cailloux dans mes regards et mes pensées, si difficiles à briser.

 

 

 

18:50 Écrit par Frédéric Tison dans Crayonné dans la marge, Minuscules | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

jeudi, 12 janvier 2017

De ces choses

 

 

 

Les choses rares sont innombrables, et seulement cachées.

 

 

 

 

17:31 Écrit par Frédéric Tison dans Crayonné dans la marge, Minuscules | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

samedi, 24 décembre 2016

Le Parisien et les étoiles

 

 

 

Revoir, à la campagne, le ciel étoilé : ne serait-ce là, pour un Parisien, l'occasion de retrouver quelque regard d'enfant, quelque regard étonné ?

 

 

 

 

19:37 Écrit par Frédéric Tison dans Minuscules | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

jeudi, 23 juin 2016

La perte du ciel

 

 

 

L'homme des villes, en oubliant la Voie lactée qui ne peut plus s'observer, la nuit, à cause des lumières et des fumées, néglige bientôt le ciel gris ou bleu du jour ; je vois de moins en moins de gens contemplant les hauteurs ; chacun n'y jette plus guère qu'un rapide coup d’œil, et encore s'agit-il bien souvent de préoccupations météorologiques. L'homme moderne n'est-il pas celui qui, peu à peu, perd le ciel ?

 

(On n'use plus du mot supernel, que les dictionnaires qualifient, significativement, de désuet et de rare.)

 

 

 

 

05:25 Écrit par Frédéric Tison dans Crayonné dans la marge, Minuscules | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

mardi, 22 mars 2016

L'invisible

 

 

 

Le poème : n'est-il un hommage ignoré ?

 

 

 

 

 

20:11 Écrit par Frédéric Tison dans Minuscules, Sur le poème | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

lundi, 14 mars 2016

Ce qui se lève

 

 

 

Il est — comme on a dit qu'il est des tableaux qui « se lèvent » — des paysages qui se lèvent soudain devant nos regards, ou en eux. Mais c'est la terre entière, ses visages et ses ciels, qui pourraient se lever.

 

 

 

17:57 Écrit par Frédéric Tison dans Minuscules | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

mardi, 08 mars 2016

Ou bien

 

 

 

J'écoute la radio et je me dis que le monde est faussement confié à ceux qui ne l'habitent pas ; il n'est question que de... et de... Quant à nous, quand aimerons-nous ce monde, et quand irons-nous dans le monde, celui où vivent ceux-là et qui ne l'habitent pas, sans le savoir ? Mais il suffit de le savoir...

 

 

 

18:44 Écrit par Frédéric Tison dans Minuscules | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook |

vendredi, 18 décembre 2015

Nous

 

 

 

Il n'y a plus, il n'y a plus... nous susurrent ou nous hurlent ces voix qui ne savent pas que nous sommes là, nous, ici et là. Il est vrai que souvent je ne saurais plus dire qui est exactement ce nous...

 

 

 

07:00 Écrit par Frédéric Tison dans Minuscules | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

dimanche, 22 novembre 2015

Paradoxe

 

 

 

Quelle serait la vraie différence entre la pensée de l'Être du devenir et celle de l'Être dans le devenir, sinon leur inconnaissance commune ?

 

 

 

 

22:01 Écrit par Frédéric Tison dans Minuscules | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

jeudi, 19 novembre 2015

Du chant

 

 

 

On ne se tait jamais assez ; le chant est abondant au sein du monde, et il est rare chez les hommes.

 

 

 

 

06:03 Écrit par Frédéric Tison dans Minuscules | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |