Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 10 mai 2021

Prière ailée

 

 

   Oiseaux, oiseaux, en plus de chanter seulement, envoyez mon message d'amour à l'oreille de mon aimé !

 

 

 

13:05 Écrit par Frédéric Tison dans Crayonné dans la marge, Minuscules | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

De la gnose

 

 

La gnose est une pensée qui se meut entre les lignes.

 

 

 

10:49 Écrit par Frédéric Tison dans Crayonné dans la marge, Minuscules | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

dimanche, 09 mai 2021

Lectures

 

 

Lire pour soi, lire et enregistrer oralement ses propres écrits, les lire en public : ce sont là des expériences différentes. La première est l'essentiel, puisque le livre naît ainsi. La deuxième est un partage possible, dans la solitude et les oiseaux, et le vent. La troisième, qui se fait, selon les circonstances, dans le bruit, le silence, la fureur, l'indifférence, la curiosité, la vitesse ou les cris d'enfants, est nécessaire. Toutes ces expériences sont des écoles d'humilité, et des invitations à poursuivre quelque tâche.

 

Lire, imperturbable...

 

 

 

Avec Colette Klein

 

 

 

IMG-20210509-WA0006.jpg

 

Lors de l'événement "Livres en plein air"
(qu'organise l'association Bâton de paroles),
le dimanche 9 mai 2021, au parc Léon-Salagnac, à Malakoff.
Photographie de Muriel Monedi.

 

 

 

 

Dans le parc Léon-Salagnac

 

 

 

 

Extrait de ma lecture lors de l'événement "Livres en plein air"
(qu'organise l'association Bâton de paroles),
le dimanche 9 mai 2021, au parc Léon-Salagnac, à Malakoff.
Film par M. ***, que je remercie vivement. Photographies par le même :

 

IMG_20210509_164903.jpg

 

Capture Malakoff.PNG

 

 

 

Ah ! je ris

 

 

 

Ah ! je ris beaucoup d'un message privé que vient de m'envoyer un visiteur discret de ce blogue, à propos de ma dernière lecture. Qu'il me pardonne de dévoiler ici en partie ce qu'il m'écrit, à savoir qu'il s'étonne que l'on entende à ce point, dans mon récent enregistrement, le chant de quelques oiseaux, alors que je vis à Paris ! Mais oui, cher ami, n'oubliez pas qu'il y a des oiseaux à Paris, qui chantent... Je me lève ou me réveille avec les oiseaux, vers quatre heures du matin, bien souvent ! Et le dernier poème que je lus récemment dans ces pages le fut à cette heure-là. Parfois, je me demande si ce n'est pas pour les entendre que je suis sujet à ces terribles insomnies, qui peuvent être fécondes. Je lis mes propres écrits toujours de façon assez monocorde, parce que j'ai horreur de l'emphase et que je n'ai pas une formation de comédien ; peut-être est-ce aussi parce que, outre la musique de Mozart ou de Debussy que je vénère, j'écoute les oiseaux dont je sais qu'ils me sont supérieurs, que j'aime, et que jamais je ne saurai égaler ?

 

 

 

Une manifestation

 

 

 

Sur l'invitation de Colette Klein, directrice de Concerto pour marées et silence, revue, je participerai à l'événement "Livres en plein air" (qu'organise l'association Bâton de paroles), le dimanche 9 mai 2021, à partir de 14h30, au parc Salagnac, à Malakoff, métro Malakoff-Rue Étienne Dolet, ligne 13 (prendre la rue Guy Môquet puis la rue Alexis Martin). Au plaisir de vous y rencontrer.

 

Le programme (voir page 3, « Rencontres et dédicaces »).

 

 

 

samedi, 08 mai 2021

Du poème silencieux

 

 

Le poème est silencieux, même lorsqu'on le lit à voix haute.

 

 

 

Du silence

 

 

Moi qui trouve intolérable le bruit que la vie commune fait subir aux âmes humaines solitaires, surtout lorsqu'il est question de vivre dans une grande ville sans assez d'argent pour fuir là-bas, là-bas, ni s'enfuir de ce corps raté, moi qui n'aime que la musique choisie, le chant des oiseaux, les paroles amoureuses et les murmures, j'aime les nuages.

 

Les nuages sont silencieux.

 

 

 

16:51 Écrit par Frédéric Tison dans Crayonné dans la marge, Minuscules | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Où je lis "Nuages rois" (3)

 

Frédéric Tison, Nuages rois, « Ciels I », poème XV.
(Librairie-Galerie Racine, collection Les Hommes sans Épaules, 2021.)

 

 

 

09:13 Écrit par Frédéric Tison dans Lectures, Une petite bibliothèque | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Ondarroa

 

 

 

E. Ondarrio 5.JPG

 

À Ondarroa, dans le Pays basque, en Espagne, photographie : juillet 2006.

 

 

 

 

07:00 Écrit par Frédéric Tison dans Voyage en Espagne | Tags : frédéric tison, photographie, ondarroa | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

« Espagne, mon amour... » (Les Oiseaux perdus)

 

 

 

 

 

Antonio Soler (1729-1783), Los Pajaros Perdidos (Fandango),
L'Arpeggiata, Christina Pluhar, Salle Gaveau, Paris, 2012.

 

 

 

 

06:55 Écrit par Frédéric Tison dans Un concert sur un blogue | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

vendredi, 07 mai 2021

Prince-paon

à François.

 

 

Isola Bella (59).JPG

 

Dans les jardins de l'Isola Bella, aux Îles Borromées, en Italie, photographie : juillet 2009.

***

Autres photographies de l'île :

 

Isola Bella (8).JPG

 

Isola Bella (9).JPG

 

Isola Bella (64).JPG

 

Isola Bella (67).JPG

 

Isola Bella (68).JPG

 

 

 

jeudi, 06 mai 2021

De la lâcheté

 

 

Le fait qu'on puisse raccrocher au nez de quelqu'un, au téléphone, est l'une des formes modernes de la lâcheté. Auparavant, il y avait des silences plus dignes, mais non moins lâches, bien entendu.

 

 

 

 

21:16 Écrit par Frédéric Tison dans Crayonné dans la marge | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Souvenir d'une ville précieuse

 

 

 

Lot - Villeune-sur-Lot (13).JPG

 

Villeneuve-sur-Lot, en Lot-et-Garonne, photographie : juillet 2007.