Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 15 juin 2021

Avec l'amour

 

 

 

Loire (32).JPG

 

Parmi les châteaux de la Loire (avec F.), photographie : octobre 2005.

 

 

 

 

Des oiseaux tôtifs et tardifs

 

 

 

Eh bien, serait-ce en raison de la chaleur excessive qui règne brusquement, et diaboliquement, à Paris en ce moment de juin 2021 ? Comme nous le faisons à leur imitation, les oiseaux se lèvent à une heure plus tardive : cinq heures du matin au lieu de quatre. Leurs ailes doivent être plus fraîches et douces que les tissus des draps de nos lits.

 

 

 

05:00 Écrit par Frédéric Tison dans Crayonné dans la marge | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

dimanche, 13 juin 2021

Sur le tapis vert

 

 

 

IMG_1034.JPG

 

Sur le tapis vert du parc du château de Courances, dans l'Essonne,
photographie : mai 2012.

 

 

 

 

vendredi, 11 juin 2021

De Jean Sibelius

 

 

Jean Sibelius, qui est selon moi l'un des plus hauts compositeurs qui furent, est aussi l'un des rares dont on ne peut écouter la musique que seul ; sa musique ne peut pas être partagée, personne ne l'aime comme on peut l'aimer à part soi. Je ne saurais expliquer cela, sinon, en esquisse, par le fait que sa musique est à la fois universelle, étrange et solitaire.

 

(Le grand musicien serait-il aussi un miroir de notre condition contemporaine ?)

 

 

 

jeudi, 10 juin 2021

Avant mais demain

 

 

 

198200257_4461359897207658_5645372029308071042_n.jpg

 

Paris, rue du Faubourg Saint-Antoine, photographie : juin 2021.

 

 

 

 

20:33 Écrit par Frédéric Tison dans Photographies solitaires | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Constellation d'un poème (lecture et images)

 


 

Tu peuples les villes précieuses d’oiseaux et de sons.

Tu marches dans Sils — y respirent tes regards sur le lac, vers les montagnes calmées, devant la demeure blanche où Frédéric Nietzsche vint transcrire les danses et les rires dorés.

À Sarlat les pierres te parlent ; tu es humble au cimetière de Domme non loin.

Tu te baignes dans la mer Égée, à Nauplie, et te blesses à l’épine de l’oursin.

À jamais tu souhaites vivre et souffrir dans les villes précieuses.

 

Frédéric Tison, Le Dieu des portes, Cahier II, poème XIII (éd. Librairie-Galerie Racine, coll. Les Hommes sans Épaules, 2016.)

 

 

 

 

08:26 Écrit par Frédéric Tison dans Lectures, Une petite bibliothèque | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

mercredi, 09 juin 2021

De l'impératrice (Un souvenir)

 

 

Lors de la représentation, à l'Opéra Bastille, de La Femme sans ombre de Richard Strauss, à l'entr'acte, une jeune femme s'adressant à ses amis parmi les spectateurs déambulant dans les salles, et parlant très fort, dit soudain : — La nana en rouge, elle chante pas mal.

 

Un des amis miens, avec qui j'étais venu assister à l'opéra : — Madame, la nana en rouge, c'est l'impératrice !

 

 

(Note de carnet, 2012.)

 

 

Nietzsche-Haus

 

 

Sils (28).JPG

 

Nietzsche-Haus, maison où Frédéric Nietzsche séjourna
durant les étés 1881-1888,
à Sils-Maria, dans le canton des Grisons, en Suisse, photographie : juillet 2009.

 

 

 

mardi, 08 juin 2021

Souvenir de Sils

 

 

 

Sils (2).JPG

 

Le lac de Sils, à Sils-Maria, dans le canton des Grisons,
en Suisse, photographie : juillet 2009.

 

 

 

lundi, 07 juin 2021

La rose et la bibliothèque

 

 

 

197106227_4452420348101613_8474103118628085223_n.jpg

 

Paris, photographie : juin 2021.

 

 

 

18:51 Écrit par Frédéric Tison dans Photographies solitaires | Tags : frédéric tison, photographie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

D'une rose

 

 

Je me suis toujours trouvé un peu dérisoire, en rentrant de courses, chargé de fruits, de légumes, de bouteilles, de toute sorte de produits nécessaires. Quel ennui que tout cela. Tout à l'heure, je me suis offert une rose (c'est-à-dire que je ne l'ai offerte à personne), et voilà que je rapportais un peu de beauté dans un salon vide.

 

 

 

18:29 Écrit par Frédéric Tison dans Crayonné dans la marge | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

La rose dans le salon

 

 

 

197065750_4451920281484953_916186196188894246_n.jpg

 

Et c'est ainsi qu'on offre une fleur à personne, dans son salon.
Paris, photographie : juin 2021.

 

 

 

15:34 Écrit par Frédéric Tison dans Photographies solitaires | Tags : frédéric tison, photographie, rose | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

dimanche, 06 juin 2021

Souvenir de Tremezzo

 

 

 

Tremezzo - Villa Carlotta (23).JPG

 

 Portail donnant sur le lac de Côme, dans les jardins de la Villa Carlotta, à Tremezzo,
dans la plaine du Pô, en Italie, photographie : juillet 2009.

 

 

 

 

samedi, 05 juin 2021

Souvenir de Pfalzgrafenstein ou Mon amour (« C'est là que je voudrais vivre »)

 

 

 

SAM_1752.JPG

 

Le château-fort de Pfalzgrafenstein (construit en 1328 par Ludwig le Bavarois et jamais détruit),
château-péage jusqu'en 1866, près de Kaub,
dans la vallée du Rhin, en Rhénanie-Palatinat,
photographie : août 2015.

 

 

 

vendredi, 04 juin 2021

Le ciel sublime

 

 

 

194409809_4435038829839765_6055261066697919430_n.jpg

 

La Colonne de Juillet, Place de la Bastille,
à Paris, photographie : juin 2021.