Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 02 mai 2020

Le Tapis de chiffons de Cécile A. Holdban

 

 

 

J'ai la joie de figurer (avec le Tapis de chiffons 30) dans cette collection conçue par Cécile A. Holdban, dont voici une vue d'ensemble au 1er mai 2020 :

 

 

IMG_20200501_231618.jpg

(Veuillez cliquer sur l'image pour l'agrandir.)

Cécile A. Holdban, Tapis de chiffons,
une peinture et un vers sur des sachets de thé à assembler puis relier (2020),

(Photographie reproduite avec l'autorisation de Cécile A. Holdban.)

 

Cécile A. Holdban, poète, peintre et traductrice, a emprunté le titre de ce projet collectif au recueil de son poète hongrois préféré, Sándor Weöres. Elle réalise en ce moment une série de toutes petites peintures sur des sachets de thé recyclés. Elle a souhaité que (je cite la poète) « sur chacun de ces sachets devenu estampe, figure également un vers unique — comme faisait René Char sur ses galets ou ses écorces (....), pour, à la manière d’un cadavre exquis, composer un patchwork pictural et poétique. Comme une fenêtre toujours ouverte sur le monde ».

 

 

 

dimanche, 05 avril 2020

Tapis de chiffons 30, par Cécile A. Holdban

 

 

 

 

91989574_10218924086565434_4160578589646913536_o.jpg

 

Cécile A. Holdban, Tapis de chiffons 30,
une peinture et un vers sur un sachet de thé à assembler puis relier (avril 2020),
avec une citation de Frédéric Tison
extraite du livre Aphélie, suivi de Noctifer (2018) : 
« Il y a autre chose que le vent dans le vent qui s'en va. »

(Photographie reproduite avec l'autorisation de Cécile A. Holdban.)

 

Cécile A. Holdban, poète, peintre et traductrice, a emprunté le titre de ce projet collectif au recueil de son poète hongrois préféré, Sándor Weöres. Elle réalise en ce moment une série de toutes petites peintures sur des sachets de thé recyclés. Elle a souhaité que (je cite la poète) « sur chacun de ces sachets devenu estampe, figure également un vers unique — comme faisait René Char sur ses galets ou ses écorces (....), pour, à la manière d’un cadavre exquis, composer un patchwork pictural et poétique. Comme une fenêtre toujours ouverte sur le monde ».

 

Mes plus vifs remerciements à la poète et peintre.

 

 

 

mardi, 31 mai 2016

Une peinture pour une lecture

 

 

 

13346406_10208053828655780_7611812855570274507_n.jpg

 

Deux poèmes du livre Le Dieu des portes (Cahier I. : IV. et Cahier II. : XXVII.),
peinture et écriture manuscrite par Cécile A. Holdban, mai 2016.
(Photographie : Cécile A. Holdban, reproduite avec l'autorisation de l'auteur.)

 

 

 

 

jeudi, 12 novembre 2015

Poète dans un jardin

 

 

 

 

SAM_4316 b.jpg

 

Cécile A. Holdban au jardin des Tuileries,
photographie : mercredi 11 novembre 2015.