Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 30 novembre 2014

Pour des oiseaux qui vont bientôt se taire, pour quelque temps

 

 

 

 

 

Maurice Ravel, "Oiseaux tristes" (Miroirs, II, 1904-1905),
par le compositeur lui-même.

 

 

 

11:57 Écrit par Frédéric Tison dans Un concert sur un blogue | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Rochemaure dans un livre

 

 

 

 

 

DSC_2508 b.jpg

 

Jacques Gautier d'Agoty (1716-1785), Le château de Rochemaure, gravure (planche II) 
extraite des
Recherches sur les volcans éteints du Vivarais et du Velay (Paris, 1778),
par Barthélémy Faujas de Saint-Fond (1741-1819), musée des beaux-arts de Valence,
photographie : juillet 2014.

 

 

 

samedi, 29 novembre 2014

La Librairie de Jean, duc de Berry, au château de Mehun-sur-Yèvre, en 1416 (22)

 

 

 

Introduction.

 

 

 

« 51. Un autre livre en latin, de Meditationibus editis ab Ancelmo Cantuariensi archiepiscopo, auquel a plusieurs belles oraisons, escript de lettre de fourme, et au commencement du second fueillet a escript : Tes dicam ; couvert de cuir, à deux fermoers d'or, où il a en chascun un escu esmaillié des armes de feu Mons., et au bout des tirans a un bouton de perle, a une chemise de drap de soie vermeille doublée de cendal vert, lequel livre l’évesque de Saint-Flour [Géraud du Puy ( ?-1420), évêque français, ambassadeur du roi pour l'Espagne et l'Angleterre] donna à Mons. aux estraines le premier jour de janvier 1409. _25 liv. »

 

Il s’agit de la Méditation sur la raison de la foi d’Anselme de Cantorbéry (vers 1033-1109), l’auteur du fameux Proslogion qui contient la « preuve ontologique » de l’existence de Dieu : en substance et très rapidement, Dieu existe, puisqu’il est ce qui ne peut être pensé de plus grand.

 

 

(à suivre.)

 

 

 

La touche libre

 

 

 

 

 

DSC_3257 b.jpg

 

Théodore Rousseau (1812-1867), Paysage d'automne,
musée des beaux-arts de Valence,
photographie : juillet 2014.

 

 

 

 

vendredi, 28 novembre 2014

Le voyageur au manteau bleu, attendant la barque

 

 

 

 

 

DSC_3162 b.jpg

 

Hubert Robert (1733-1808), détail de l'Embarcadère méditerranéen (1771),
musée des beaux-arts de Valence,
photographie : juillet 2014.

 

 

 

jeudi, 27 novembre 2014

Clef

 

 

 

 

 

DSC_2890 b enc.jpg

 

Enseigne, dans une rue de Valence, dans la Drôme,
photographie : juillet 2014.

 

 

 

Détail d'un ciel dans un musée (ou Le très léger détail)

  

à Denis Trente-Huittessan.

 

 

 

 

DSC_3205.JPG

 

 

Georges Michel (1763-1843), les nuages (détail) du Paysage près de Paris (vers 1820-25),
musée des beaux-arts de Valence,
photographie : juillet 2014.

 

 

 

 

mercredi, 26 novembre 2014

Pour Georges Michel, dit Michel de Montmartre (ébauche d'un catalogue des œuvres visibles dans les musées de France et d'ailleurs)

 

 

 

 

Georges Michel (1763-1843), dit Michel de Montmartre, ne signait quasiment jamais ses œuvres, disant à juste titre, en substance, comme d'ailleurs Roger de Piles avant lui, qu'un tableau était beau ou ne l'était pas ; que peu importait, à la fin, le nom de l'artiste. Le nom, en l'occurrence, risque toujours d'agir, comme c'est désormais le cas de nos jours (car là c'est moi qui l'écris) comme une marque commerciale masquant l'essentiel (le beau, l'élevé, le passionnant, le troublant) au profit d'une renommée très rentable et organisée, quelle que soit la valeur réelle de l'œuvre. Combien de visiteurs, dans les musées, passeraient-ils indifférents devant cette toile si rien n'indiquait qu'elle est née sous le pinceau d'un Monet, d'un Caravage ? Combien d'autres seraient-ils réellement éblouis par tel Rothko ou Picasso si le cartouche du musée ne mentionnait pas le nom de l'artiste ?

 

C'est pourtant, sans doute, en partie parce qu'il ne signait pas ses tableaux que Georges Michel demeure méconnu ; considéré comme un petit maître (et alors ? ai-je envie d'écrire...), c'est à peine s'il est représenté dans les collections des musées. Le Louvre, qui publia cependant son Louvre, Toutes les peintures en 2013, possède au moins trois tableaux de Michel qui ne sont pas mentionnés dans le livre, au titre trop prometteur !

 

Le peintre, qui commença par copier excellemment les anciens Flamands (au point qu'il est tout à fait possible, je dirais certain, que nous croyons contempler, dans quelques galeries, certains Hobbema, Cuyp ou Ruysdael alors que nous regardons un Michel...), fut éclipsé, de son temps, par la peinture d'histoire noble, par les grandes figures de David, d'Ingres, ensuite par les couleurs éclatantes et sensuelles de Delacroix, enfin par les impressionnistes aux mille variations, si bien qu'il n'est guère cité qu'en passant, parmi les paysagistes français, comme un précurseur de l'école de Barbizon. C'est très injuste, mais j'y reviendrai, bien entendu...

  

J'esquisse ici le catalogue des tableaux (non des dessins, encore plus difficiles à contempler, sinon cachés) de Georges Michel que j'ai pu voir. Tout est pour le moment dans le désordre, car il faudrait distinguer, grosso modo, les trois manières du peintre : celle de l'imitateur des grands Flamands (vers 1790-1810), celle des merveilleux paysages avec figures (et ciels) (vers 1810-1820), celle enfin, qui touche au sublime (et qui se confond peut-être avec la deuxième), des ciels immenses et tourmentés, véritables explosions de peinture... La tâche est d'ailleurs ardue, le peintre, comme je l'ai dit, n'ayant signé ni daté ses œuvres.

 

 ______

 

Je serais très heureux qu'un Lecteur ou Visiteur de ce blogue m'aidât à compléter cette liste ! (J'envisage en effet une petite étude illustrée sur le peintre, et je sais faire un voyage pour un tableau... C'est un appel également aux collectionneurs privés, qui seraient infiniment remerciés s'ils m'ouvraient leurs mansardes, leurs hôtels ou leurs châteaux...)

 

_____

 

En attendant, voici ma liste des œuvres, vues (et photographiées) entre 2008 et 2015* ; elle comporte 33* tableaux, selon la géographie :

 * rectification du dimanche 24 janvier 2016.

 

Musée du Louvre*, Paris :

Vue de la Seine avec une diligence. (Tableau qui fut visible il y a quelques années, mais qui ne l'est plus depuis 2010, je crois. Attendons, donc...)

Aux environs de Montmartre. (Idem.)

____________ 

* Un Intérieur de forêt demeure non exposé au Louvre ; je ne l'ai jamais vu, depuis plus de vingt ans que je fréquente le musée, mais il figure dans plusieurs catalogues.

 

Musée Carnavalet, Paris :

Collines à Montmartre. (Actuellement invisible, en raison de travaux.)

Paysage des environs de Paris. (Idem.)

 

Petit Palais, Paris :

Troupeau sous l'orage.

 

Musée de l'Oise, Palais des Évêques-Comtes de Beauvais :

Les Blanchisseuses de Haarlem (d'après Jacob van Ruysdael).

Paysage près de Paris par un temps nuageux.

 

Musée de l'Île-de-France, Château de Sceaux : 

La Plaine Saint-Denis I, II et III.  (Trois tableaux portant le même titre, très difficilement visibles, perdus dans l'ombre des salles, dans un coin de porte, ou violemment éclairés...)

 

Musée Anne de Beaujeu, Moulins :

Paysage.

 

Musée des beaux-arts de Pau :

Le Moulin d'Argenteuil.

 

Musée Magnin, Dijon :

Paysage animé de figures.

Maisons à Montmartre.

La Plaine.

 

Musée des beaux-arts de Nantes :

L'Orage, ou Animaux allant à l'abreuvoir (1794, le plus ancien tableau connu du peintre).

 

Musée des beaux-arts et d'archéologie de Besançon :

La Plaine Saint-Denis.

 

Musée des beaux-arts de Valence :

Paysage près de Paris (vers 1820-25).

Paysage au moulin, ou Le chemin sous l'orage.

 

Musée des beaux-arts de Lyon** :

Paysage orageux, ou L'orage sur la vallée de la Seine.

Le Moulin (vers 1820).

_________________

** Le musée des beaux-arts de Lyon, lors de l'exposition "Un siècle de paysages. Le choix d'un amateur" (2010), présentait huit tableaux, tous provenant d'une collection particulière lyonnaise, et désormais invisibles. J'en ai pris quelques photographies, mais je ne les référence pas ici.

 

Musée des beaux-arts de Brest*** :

Paysage au chasseur. 

____________

*** Il y a également à Brest un Paysage d'automne, mentionné dans le catalogue, mais qui n'est pas exposé actuellement.

   

Musée des beaux-arts de Lille :

Paysage en bord de mer. 

Paysage, environs de Paris.

  

Musée des beaux-arts de Rennes :

Paysage (vers 1820).

 

Musée des beaux-arts de Strasbourg :

Paysage avec moulins à vent.

L'Orage.

 

Musée des beaux-arts du Havre ("MuMa") :

Route en pleine campagne. 

Route près d'un bourg.

  

Musée Lenbachhaus, Munich, Allemagne : 

Paysage.

 

Nouvelle Pinacothèque (Neue Pinakothek) de Munich, Allemagne : 

Paysage (vers 1810).

  

Musée de l'Ermitage, Saint-Pétersbourg, Russie : 

Paysage avec un moulin (vers 1820).

 

[Ajout du 18 août 2015 :]

Musée d'art de Karlsruhe, Bade-Wurtemberg, Allemagne :

Paysage (vers 1820-1830).

 

_____

N. B. : Les rares monographies consacrées au peintre (1873 et 1927, à ma connaissance) mentionnent l'existence d'un millier, au moins, de tableaux et dessins de sa main... Je sais que des musées américains en possèdent quelques-uns, mais je suis sûr que d'autres sont moins lointains...

 

________

Addendum :

Une galerie de photographies consacrée au peintre est visible ici.

(Cf. dans les commentaires, la suite de la liste que j'ai esquissée ; il s'agit de tableaux dont on m'a aimablement signalé l'existence, mais que je n'ai pas vus, ni, donc, photographiés. Les tableaux mentionnés ci-dessus ont également fait l'objet d'une photographie.)

 

 

 

Fragment d'un jardin alpin (2)

 

 

 

 

 

DSC_2242 b.jpg

 

Dans le jardin botanique du col du Lautaret, entre l'Isère et les Hautes-Alpes,
photographie : juillet 2014.

 

 

 

 

mardi, 25 novembre 2014

La finesse

 

 

 

 

 

DSC_2355 b.jpg

 

Bleuet vivace, dans le jardin botanique du col du Lautaret, entre l'Isère et les Hautes-Alpes,
photographie : juillet 2014.