Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 31 mai 2016

Une peinture pour une lecture

 

 

 

13346406_10208053828655780_7611812855570274507_n.jpg

 

Deux poèmes du livre Le Dieu des portes (Cahier I. : IV. et Cahier II. : XXVII.),
peinture et écriture manuscrite par Cécile A. Holdban, mai 2016.
(Photographie : Cécile A. Holdban, reproduite avec l'autorisation de l'auteur.)

 

 

 

 

dimanche, 15 décembre 2013

Peindre la voix

 

 

La lecture des ouvrages d'Érasme, excepté celle de L'Éloge de la Folie, est assez austère, mais on trouve, dans ses Adages et ses Colloques notamment, de vrais trésors favorables au rêve et à la recherche. Dans le dialogue De recta Latini Graecique sermonis pronuntiatione (1528), dont le titre est peu engageant il est vrai, deux amis, Leo et Ursus, évoquent les œuvres d'Albert Dürer :

« [URSUS.- :] Quant à Dürer, même si l'on doit l'admirer aussi dans d'autres domaines, que n'exprime-t-il pas dans le monochromatisme, je veux dire avec des lignes noires ! Ombres, lumières, éclats, reliefs et dépressions. En outre, grâce à son art de les agencer, ce n'est pas un aspect unique qu'il présente au regard des spectateurs. Il veille scrupuleusement aux proportions exactes et harmonieuses. Que dis-je ? Il peint même ce qui ne se laisse pas peindre, comme le feu, des rayons, des coups de tonnerre, des éclairs, ou même, comme on dit, des "nuages sur une paroi", des sensations et toutes sortes de passions, bref toute l'âme humaine, telle que la reflète l'apparence physique, et jusqu'à la voix même ! » *


Ah ! Il me faudra revenir sur ces "nuages sur une paroi". Pour le moment me retient cette peinture de la voix, belle formule qui sous la plume d'Érasme est l'hommage d'un homme de lettres à l'image qui suggère : l'humaniste, afin de diffuser son message, avait eu recours, comme tous les hommes fameux de son temps, au portrait ; voilà ses portraits, celui qu'a laissé le pinceau d'Holbein, qu'on voit au Louvre, ou celui de Metsys, qui est à Rome : ils demeurent gravés (ou devraient l'être) dans notre mémoire. On y reconnaît l'homme attentif, bienveillant, et tout en intériorité de ses livres ; on en contemple l'aura. Peut-être Érasme lui-même, contemplant les images que ses amis avaient fait de sa figure, reconnut-il que les peintres, à l'instar de Dürer, avaient su retenir la voix de leur modèle.


 

_________________________

* Érasme, [Œuvres : ] Éloge de la folie. Adages. Colloques. Réflexions sur l’art, l’éducation, la religion, la guerre, la philosophie. Correspondance. Édition établie par Claude Blum, André Godin, Jean-Claude Margolin et Daniel Ménager. Paris : Robert Laffont, 1992, pp. 412-413. (coll. Bouquins)

 

 

 

dimanche, 17 novembre 2013

Particularité

 

 

  

Si j'aime beaucoup prendre en photographie, et proposer ici-même, quelque détail d'une œuvre picturale rencontrée dans une galerie, un palais ou un musée, force m'est de constater que les paysages peints, a fortiori les paysages dits impressionnistes ou néo-impressionnistes, résistent à cette saisie en fragments, alors qu'ils s'attachent, autant que les paysages dits classiques, à la branche qui est là, au personnage qui est ici, à la lumière qui essaime partout. Mais cette lumière nouvelle (id est ce mouvement, cette trace, ce passage) qui irradie ces toiles veut tant prendre toute la place que le regard photographique semble parfois amoindri à n'en vouloir saisir qu'une particularité, laquelle paraît souvent sur notre image bien pâle, ou bien petite (bien trop petite), tandis que toute la toile eût été nécessaire qui rassemblait si bien la vie qu'elle incarnait (se dit soudain le photographe) elle-même la somme des détails que nous prétendions capter, et retenir. Il n'est ainsi pas un hasard que les peintres "impressionnistes" aient été les contemporains de la première photographie d'art.

 

 

 

 

 

lundi, 12 août 2013

Paysage avec un monde

 

 

Il m'arrive souvent, devant un beau tableau de paysage flamand, d'en contempler tout d'abord les montagnes, au loin, qui se détachent blanches ou bleutées sur le ciel, oubliant presque les figures, les toits, les arbres aux premier et second plans. Et lors de mes promenades, face au grandiose panorama des montagnes qui s'offre depuis les cols, il me semble parfois qu'un fragment de peinture s'est détaché pour envahir le monde entier.

 

 

 

11:17 Écrit par Frédéric Tison dans Minuscules | Tags : frédéric tison, paysage, montagne, peinture | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |