Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 26 décembre 2014

L'escalier

 

 

 

 

 

DSC_3064.JPG

 

Palais (1879-1912) du facteur Ferdinand Cheval (1836-1924),
à Hauterives, dans la Drôme,
photographie : juillet 2014.

 

 

 

Le « Palais idéal »

 

 

 

 

 

DSC_3040.JPG

 

Façade Est du Palais (1879-1912) du facteur Ferdinand Cheval (1836-1924),
à Hauterives, dans la Drôme,
photographie : juillet 2014.

 

 

 

mercredi, 24 décembre 2014

À propos d'une souscription

 

 

 

Carnet d oiseaux - Bibliocratie -Frédéric Tison - Renaud Allirand.jpeg

 

« Carnet d’oiseaux », mon nouvel ouvrage, accompagné d’encres de Renaud Allirand, en souscription.

 

 

 

 

 

De nombreuses personnes me demandent des précisions, les voici :

 

Le livre est en souscription durant 60 jours, c’est-à-dire que tout dépend des acheteurs intéressés : il faut attendre que 50 exemplaires soient commandés (souscrits) pour que le livre soit imprimé.

Si vous souhaitez vous en procurer un exemplaire, il faut donc le commander sur le site indiqué. Alors, si la souscription réussit, le livre sera imprimé et vous sera livré.

Il s’agit donc d’une édition limitée : à l’échéance de la souscription, soit le 22 février 2015, il ne sera plus possible de commander un exemplaire.

 

Si les 50 souscriptions ne sont pas atteintes, le projet prendra fin, le livre ne verra pas le jour et vous serez, naturellement, intégralement remboursé.

 

http://www.bibliocratie.com/produit/carnet-doiseaux/

 

 

 

12:06 Écrit par Frédéric Tison dans Une petite bibliothèque | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

mardi, 23 décembre 2014

« Carnet d'oiseaux », poèmes de Frédéric Tison, encres de Renaud Allirand

 

 

Une parution nouvelle, en souscription (parution : février 2015)

 

 

Carnet d'oiseaux

poèmes de Frédéric Tison

encres de Renaud Allirand

 

 Carnet d’oiseaux, ou cinq petits livres de vers et de prose autour de la figure de l’oiseau. En regard, des encres noires comme autant d’ailes imaginées. Un livre d’artiste, dialogue entre Frédéric Tison et Renaud Allirand, artiste peintre.

 ______

 

 

Carnet d oiseaux - Bibliocratie -Frédéric Tison - Renaud Allirand.jpeg

 

(cliquer pour agrandir.)

 

14,8 x 21 cm, 72 pages, prix : 18 euros.

 

 _____

Le livre est en souscription jusqu'au dimanche 22 février 2015

 Le livre prendra sa forme papier à partir de la cinquantième souscription

 

Rendez-vous à l'adresse ci-dessous pour le commander :

 

http://www.bibliocratie.com/produit/carnet-doiseaux/

 

____

 

 

 

 

 

lundi, 22 décembre 2014

La Librairie de Jean, duc de Berry, au château de Mehun-sur-Yèvre, en 1416 (29)

 

 

 

Introduction.

 

 

 

« 61. Un livre d'Éthiques et politiques, en deux volumes, escript en françois de lettre de fourme ; et au commencement du second fueillet du premier volume des Estats et esthiques a escript : Ces si come, et au commencement du second fueillet de l'autre volume a escript : Et cette communite ; et sont couverts chascun de veluyau vermeil, à deux fermoers d'argent doré, esmaillés l’un aux armes de Mons., l’autre aux armes de feu Mgr d'Orléans, lequel donna les deux volumes à Mons._75 liv. »

 

Je pense qu'il s'agit de l’Éthique à Nicodème, de l’Éthique à Eudème et de la Politique d’Aristote.

 

 

« 62. Un livre d'Éthiques escript en françois, de lettre de fourme, et au commencement du second fueillet a escript : En peut l’en ; couvert de veluyau vermeil à deux fermoers d'argent doré, esmailliés l'un de saint Jehan, l'autre de la Magdelaine, et cinq boulions de mesmes sur chascun ais, lequel Bureau de Dammartin, bourgeois et marchand de Paris, a fait faire par le commandement de Monseigneur._30 liv. »

 

Il s’agit (toujours selon moi) de l’Éthique à Nicodème et de l’Éthique à Eudème d’Aristote.

 

« Cette traduction est celle de Nicolas Oresme, précepteur de Charles V, mort en 1382, qui fut en 1488 imprimée par Verard. Le duc avait chargé Bureau de Dammartin d'en faire faire une copie. Celui-ci, modestement qualifié de bourgeois et marchand de Paris, était le fils de Bureau de la Rivière, ministre favori de Charles V ; il s'appelait de Dammartin, ou comte de Dammartin, parce qu'il avait épousé l’héritière de cette maison », écrit Hiver de Beauvoir.

 

 

« 63. Un petit livre en françois, escript de lettre de court, du Gouvernement des roys et des princes, appellé le Secret des secres [sic], que fit Aristote, couvert de cuir vert à deux fermoers de laiton._10 s. »

  

Le Secret des Secrets est une encyclopédie, écrite sous la forme d’une vaste lettre, traduite d’un livre anonyme arabe du Xe siècle, le Kitâb sirr al-‘asrâr (Le Livre des secrets), et faussement attribuée à Aristote : ce dernier aurait là composé un « miroir du prince », conseils divers à destination d’Alexandre le Grand, dont le Stagirite avait été le percepteur, au moment de la conquête de la Perse. Le livre a été traduit en latin par un clerc nommé Philippe de Tripoli, dont nous ignorons tout, après 1227, sous le titre Liber qui dicitur Secreta secretorum, vel de regimine regum et principum. On y trouve des exposés de politique, de morale, d’alchimie, d’astrologie, de médecine, de magie… C’était en quelque sorte la référence encyclopédique du bas Moyen Âge. Je rappelle que cette œuvre se trouvait également dans la bibliothèque de Charles d'Orléans, à Blois.

 

« 64. Un autre semblable livre, et de semblable matière comme le précédent, qui fut de feu Mons. d'Estampes [Louis d’Évreux (1336-1400), pair de France, arrière-petit-fils du roi Philippe III de France, mort d’apoplexie le 6 mai 1400 à Paris alors qu’il dînait avec Jean de Berry], couvert de cuir vermeil empraint, et sont cinq cloux sur chascun ais._50 s. » 

 

 

(à suivre.)

 

 

 

 

 

Au-dessus de l'autel

 

 

 

 

 

DSC_2640 b.jpg

  

Dans la collégiale Saint-Barnard (XIe-XVIIIe s.),
à Romans-sur-Isère, dans la Drôme,
photographie : juillet 2014.

 

 

 

dimanche, 21 décembre 2014

Anciennes notes

 

 

 

 

DSC_2661 b.jpg

  

Antiphonaires (fin du XVIIIe s.), dans la sacristie
de la collégiale Saint-Barnard (XIe-XVIIIe s.), à Romans-sur-Isère, dans la Drôme,
photographie : juillet 2014.

 

 

 

Au bord de l'Isère

 

 

 

 

 

DSC_2883.JPG

  

La collégiale Saint-Barnard (XIe-XVIIIe s.), à Romans-sur-Isère, dans la Drôme,
photographie : juillet 2014.

 

 

 

samedi, 20 décembre 2014

Le souvenir d'Athos, Porthos et Aramis

 

 

 

 

DSC_2750 b Athos Portos et Aramis et leurs fantômes.jpg

 

Botte de mousquetaire (XVIIe s.),
musée international de la Chaussure, à Romans-sur-Isère,
photographie : juillet 2014.

 

 

 

vendredi, 19 décembre 2014

La Librairie de Jean, duc de Berry, au château de Mehun-sur-Yèvre, en 1416 (28)

 

  

 

Introduction.

 

 

 Sciences & Arts (suite)

 Philosophie morale 

 

 

 

« 60. Un livre en françois, appellé le Livre des problèmes d'Aristote, translaté et exposé de latin en françois par maistre Evrart de Coussy, jadis physicien [médecin] du roi Charles quint [Charles V de France], escript de lettre courant, historié au commencement et en plusieurs lieux, et au commencement du second fueillet a escript : François ; couvert de cuir vermeil empraint, fermant à quatre fermoers de laiton, et sur chascun ais a cinq boullons de laiton ; lequel fut donné à Mons. au mois de septembre 1405 par messire Guillaume Boisratier, à présent archevêque de Bourges [depuis 1409]._75 liv. »

 

On sait aujourd’hui que ces Problèmes, une collection de questions et de réponses sur des sujets très divers (médecine, musique, sciences naturelles, mathématiques, etc.), ne sont pas l’œuvre d’Aristote, mais plutôt une compilation de son école, même si certains passages sont du philosophe.

 

Évrart de Coussy (ou de Couty, ou de Conty), écrivain, et membre de la faculté de médecine de Paris (il fut maître régent de 1353 à 1405, année de sa mort), fut l’un des médecins de Charles V et de Blanche de Navarre, veuve de Philippe VI. Il fut également l’un des traducteurs à la cour royale. Outre sa traduction de ces Problèmes pseudo-aristotéliciens, il est l’auteur des Eschés [Échecs] amoureux, poème allégorique de plus de 30000 vers récrivant le Roman de la Rose, et de leur commentaire en prose, le Livre des Eschez amoureux moralisés (vers 1400).

 

 

(à suivre.)