Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 28 novembre 2021

Pages dans la forêt — Aperçus de la poésie française contemporaine

 

 

Pages dans la forêt — Aperçus de la poésie française contemporaine

En guise d'introduction

 

 

Odile Cohen-Abbas

_____

 

 Danseurs

 
 
Sept chats longs, ces feux-là comme varans,
dévoient des déplacements en flammes,
communément des sphères.
« Apprenti feu ! »
crie un rayon de cercle.
Cages de médianes, de
diagonales,
décollements, raccordements de crânes,
séries des râbles et des queues.
Muscles, mues propres,
vitesse.
Au travers, 
multiplications des diamètres
ayant partie liée avec les noms transcrits,
prélèvements d'échantillons
entre le bas-ventre et la tête.
Questions, élancements,
en touffes blanches ignées,
turbots de semence
à plein rendement de jeux.
Proies de proies
en plein vol !
Losanges de doigts, de jambes,
nus de haute couture
à grands branles l'un de l'autre.
Au premier rang dans la salle,
leur monde nouveau d'entre leurs dents
vomi avec la langue et les arêtes des sauts.
Un spectateur chargé d'éveil
dans ses trous chauds de siège.
Chats-sauts à rabatteurs de flammes
et qui, à l'inverse, se taisent,
longs comme des phalanges de femme.
Cercle à éclairages,
à flambeaux vertébraux.
Spectacle en course.
Sept fois sept chandelles giratoires,
claquements de langue de candélabres,
annulés, annelés,
comme sept longs fleuves calcinés.

 

 
 
Odile Cohen-Abbas, Les Rires fous d'AlefBêt...
éditions Librairie-Galerie Racine, 2016, p. 54-55, 
repris dans Long feu aux fontaines, Les Hommes sans Épaules éditions, 2018, p. 158-159.