Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 15 février 2021

L'Yver

 

 

 

 

SAM_9906.JPG

 

Le buste de l'Hiver (XIXe s.), restauré récemment,
dans le salon de Madame (Madame Cahen d'Anvers), dans le parc du château de Champs,
à Champs-sur-Marne,

photographie : février 2021.

 

(L'image d'un détail de cette statue figure sur la couverture de mon livre,
Les Effigies, paru en 2013 aux éditions Librairie-Galerie Racine.)

 

 

 

 

dimanche, 23 décembre 2018

L'Yver en avril

 

 

 

 

 

Champs5.jpg

 

Détail du Salon de Madame (Madame Cahen d'Anvers),
buste
de l'Hiver (XIXe s.),
dans le parc du châ
teau de Champs,
à Champs-sur-Marne, en Seine-et-Marne,
photographie : avril 2018.

 

 (L'image d'un détail de cette statue figure sur la couverture de mon livre,
Les Effigies, paru en 2013 aux éditions Librairie-Galerie Racine.)

 

 

 

lundi, 29 août 2016

L'Yver encore

 

 

 

 

champs-l'yver.jpg

 

Au château de Champs, à Champs-sur-Marne,
photographie : février 2016.

 

 

 

mardi, 31 mars 2015

Interlude avec une effigie

 

 

 

 

SAM_5887 b.jpg

 

Buste de l'Hiver, dans le Salon de Madame, dans le parc,
au château de Champs,
à Champs-sur-Marne,
photographie : janvier 2015.

 

 

La pierre meurt aussi, elle se décompose et s'efface avec une lenteur plus éparse que celle qui affecte nos corps, mais elle passe aussi. Contemplant, il y a peu, cet Hiver, dont je voulus faire l'image de la couverture de mes Effigies, j'observai, avec effroi, et tant de tristesse, les moisissures et les mousses sur le grain de la pierre. La sculpture est dans le parc depuis plus d'un siècle, et je l'ai vue se dégrader en quelques années. Que faire ? La desceller, l'emporter avec moi, la conserver dans mon salon ? Cependant, et sans compter que je serais bien incapable d'un tel vol, comment chez moi la protégerais-je vraiment ? Ce n'est pas, certes, la solution. Ah ! Pourquoi n'ai-je pas été inscrit sur le testament des Cahen d'Anvers, les anciens propriétaires du domaine ? Entre autres choses, j'aurais fait resplendir la statue ! Comme ils ont eu tort, comme ils furent naïfs, nos anciens riches, nos anciens puissants, de n'avoir pas pressenti que parmi eux se dresseraient bientôt, indifférents, les ennemis de la beauté, au nom de l'argent, du profit, de l'utilité seuls ! Sans doute pensaient-ils que leurs parcs rêvés étaient éternels et renouvelés à la fois. Pour nous, nous avançons désormais parmi la beauté du monde comme dans un rêve effondré dont la négligence des hommes a brisé l'inachèvement.

 

 

 

mercredi, 12 mars 2014

Fragment de l'hiver

 

 

 

 

DSC_7971 b G.jpg

 

 

François Girardon (1628-1715), L'Hiver (1675-1679), détail, 
au château de Versailles,
photographie : janvier 2014.