Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 20 mai 2016

Une lecture

 

 

 

Un ami me signale une note de lecture sur Le Dieu des portes, par Rémi Boyer : c'est ici.

 

(On la retrouvera, avec la note critique de Pierre Perrin, dans la notice consacrée à ce livre sur le site des Hommes sans Épaules (onglet "Presse").)

 

 

 

 

 

08:56 Écrit par Frédéric Tison dans Une petite bibliothèque | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook |

Commentaires

Bravo (bis).

Écrit par : Un fervent admirateur | vendredi, 20 mai 2016

" Il s’agit de « passer sans porte », de traverser l’apparaître..."

C'est exactement cela ! Cette porte que vous m'ouvrez, celle d'un monde dont on a la nostalgie, celle de la fuite du temps....et de toutes les belles choses qui nous ont marqués, et qui donnent tant de prix à la vie.

Merci Frédéric !

Écrit par : Ariane GrammaticopoulosA | lundi, 23 mai 2016

" Il s’agit de « passer sans porte », de traverser l’apparaître..."

C'est exactement cela ! Cette porte que vous m'ouvrez, celle d'un monde dont on a la nostalgie, celle de la fuite du temps....et de toutes les belles choses qui nous ont marqués, et qui donnent tant de prix à la vie.

Merci Frédéric !

Écrit par : Ariane GrammaticopoulosA | lundi, 23 mai 2016

Je la découvre à l'instant !

" Il s’agit de « passer sans porte », de traverser l’apparaître..."

C'est exactement cela, vous nous ouvrez cette porte cher Frédéric, celle que parfois on oublie, celle des mots sur lesquels je m'attarde, et que j'ai tant de plaisir à relire; une porte qui me dévoile un passé dont le présent ne saurait se passer justement : une nostalgie de la fuite du temps.

Merci !

Écrit par : Ariane GrammaticopoulosA | lundi, 23 mai 2016

C'est moi qui vous remercie, chère Ariane, toujours, et de votre lecture, et de votre fidélité.

Écrit par : Frédéric Tison | lundi, 23 mai 2016

Quelle horreur, mes commentaires sont tous là, répétés !

Mais bon....au moins on ne pourra pas dire que je ne suis pas convaincue !

Écrit par : Ariane GrammaticopoulosA | mardi, 24 mai 2016

Je puis effacer les deux premiers, si vous le souhaitez ; mais cela n'a pas d'importance ; d'ailleurs ces messages m'ont beaucoup touché.

Écrit par : Frédéric Tison | mardi, 24 mai 2016

Les commentaires sont fermés.