Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 22 août 2017

Une merveille de délicatesse et de profondeur

(... dans une excellente interprétation.)

 

 

 

 

Érik Satie, Socrate, drame pour voix et orchestre (1918)
sur des dialogues de Platon traduits par Victor Cousin

(extraits du Banquet, du Phèdre, du Phédon).
Jean-Paul Fouchécourt, ténor, Ensemble Erwartung, Bernard Desgraupes, 1993.

 

 

 

 

 

12:03 Écrit par Frédéric Tison dans Un concert sur un blogue | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Écrire un commentaire