Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 03 mars 2017

La passion

 

 

 

Je n'ai jamais lu que la poésie de Mallarmé était passionnée, elle dont est louée ou vilipendée la haute maîtrise — cependant elle l'est, secrètement, toujours, à jamais, même au sein de ses glaciers désirés.

 

 

 

05:45 Écrit par Frédéric Tison dans Sur le poème | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Écrire un commentaire