Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 26 février 2017

Actualité

 

 

 

« Au fond je considère l’époque contemporaine comme un interrègne pour le poète, qui n’a point à s’y mêler : elle est trop en désuétude et en effervescence préparatoire, pour qu’il ait autre chose à faire qu’à travailler avec mystère en vue de plus tard ou de jamais et de temps en temps à envoyer aux vivants sa carte de visite, stances ou sonnet, pour n’être point lapidé d’eux, s’ils le soupçonnaient de savoir qu’ils n’ont pas lieu. »

 

Stéphane Mallarmé, Lettre à Paul Verlaine, extrait, lundi 16 novembre 1885.

 

 

 

 

 

21:45 Écrit par Frédéric Tison dans Album des phrases | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

Est ce un prix Aliénor qui a écrit ces quelques lignes ?

Écrit par : Un fervent admirateur | lundi, 27 février 2017

Répondre à ce commentaire

Il l'eût mérité mille fois.

Écrit par : Frédéric Tison | lundi, 27 février 2017

Écrire un commentaire