Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 13 janvier 2017

Trois regards

 

 

 

 

Amboise3.JPG

 

 

 frédéric tison, photographie, château d'amboise

 

 

Amboise4.jpg

 

Le château d'Amboise (XIVe-XVIe s.), en Indre-et-Loire,
 photographies : mai 2016.

 

 

 

 

 

Commentaires

Paradisiaque ! Où est le roi ?

Écrit par : Un fervent admirateur | vendredi, 13 janvier 2017

Répondre à ce commentaire

On ne sait si c'est la lumière ou la pierre, mais que vos photographies donnent l'envie de voyager !

Écrit par : Denis | samedi, 14 janvier 2017

Répondre à ce commentaire

Je dirai la même chose des vôtres, cher Denis. Je dois dire que j'éprouve la nostalgie du voyage, en les regardant, et que je me vois déjà sur les routes pour retrouver tous ces enchantements... Qui sait d'ailleurs si nous ne prenons pas des photographies pour, à tout prix, ne pas oublier ces lieux que nous aimâmes ?

Écrit par : Frédéric Tison | samedi, 14 janvier 2017

Pour moi, c'est mon projet, en effet. Il est sans doute un peu égocentrique, mais je le fais pour moi, pour plus tard, et surtout pour celles et ceux qui ne peuvent voyager : laisser une trace, enregistrer une instance, donner un peu d'épaisseur à la brièveté de l'instant qui fut.

Écrit par : Denis | dimanche, 15 janvier 2017

Répondre à ce commentaire

Je ne crois pas qu'il soit question là d'égocentrisme ; certes, vous les faites pour l'homme plus âgé que vous serez, mais vous les offrez également (« surtout », écrivez-vous même) au regard d'autrui. Et quand bien même : à ces hommes vieux que nous serons peut-être, ces regards plus jeunes seront des baumes partagés...

L'oubli est ce contre quoi nous créons. Et l'oubli guette à chaque instant chaque homme, comme il ronge toute société, tout "temps" ; de plus, nous sommes sans nul doute d'une époque particulièrement oublieuse ; nos mots, nos images sont ces témoignages qu'il faut toujours renouveler. Mes amitiés, cher Denis.

Écrit par : Frédéric Tison | dimanche, 15 janvier 2017

Écrire un commentaire