Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 18 décembre 2016

Au Sri Lanka — Notes de carnet (19)

 

 

Mardi 26 avril 2016, de retour à Paris (le soir)

 

Les avions me semblent décidément étranges ; il m’étonne toujours d’en voir passer très haut dans le ciel, laissant de fines et longues traces blanches parmi les nuages, comme des traits de crayon, des biffures. Un homme ancien, en moi, et profond, ne « comprend » pas comment cela peut exister. Je « comprends » la roue, je « comprends » la calèche ou la bicyclette, et peux encore appréhender le train. Devant une voiture, je commence d’avoir l’œil rond de la poule qui contemplerait une paire de ciseaux. Mais face à l’avion ! Décidément, il me demeure étrange d’être un homme qui a pris l’avion, d’être allé au Sri Lanka en avion. Le corps que je suis fut en ces lieux, et quelqu’un en moi s’étonne encore d’en être revenu. Oui, il doit y avoir en moi quelque Icare qui ne s’est jamais remis de la brûlure du soleil, et dont le corps est mort à toutes les ailes artificielles…

 

***

 

En rouvrant ce carnet tout à l’heure, l’odeur du Sri Lanka s’en est échappée – Il en est de même pour mes bagages, et pour tous mes vêtements que j’apportai là-bas et que je n’ai pas encore lavés. Ma peau elle-même, encore, me semble-t-il…

 

***

 

Il y a des pays qui nous changent – nous violentent doucement.

 

 ____________

 

 

Écrire un commentaire