Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 16 décembre 2016

Au Sri Lanka — Notes de carnet (17)

 

 

 

Lundi 25 avril 2016 (L’après-midi)

 

Le grand marché de Colombo, lui, est véritablement sri-lankais, foisonnant, odorant. J’y suis passé ; mais n’aurais-je fait que passer ?

 

***

 

Il faudrait toujours pouvoir écrire sur des terrasses désertes face à la mer ; c’est ce que je fais là. Je suis heureux, heureux ; j’ai commandé un verre d’eau et un soda mais j’ai l’impression que je bois du vent chaud ; les glaçons dans les verres fondent en un instant ; je ne fais que tracer ces mots, paresseusement, suant sous le souffle de la bouche d’un vent brûlant, à côté d’une piscine vide, sur une petite table de bois protégée par le dais d’un parasol jaune, face aux vagues lancinantes, en attendant le taxi qui me mènera jusqu’à l’aéroport – il y a des écureuils qui circulent entre les tables, et des corbeaux partout. Le ciel est d’un bleu immense. Je fume une cigarette avec le monde entier, j’exhale... Vents, vents… L’air chaud est un alcool fort – je délire un peu, c’est ainsi. C’est que je suis délirant dans la chaleur extrême du monde et son vent qui est là, avec la mer qui réfléchit… Rythme, beauté, douleur, passion, nostalgie, pensée, adoration. Je pense à l’amitié, si fragile, si inconstante parfois, je pense à tous les liens… Je pense au poème que je pourrais écrire… Ce grand hôtel, à la terrasse duquel je suis attablé, terrasse sublime face à l’Océan et traversée de ces oiseaux noirs, sonores, et où gémit ce vent qu’on dirait encore et toujours soufflé par un four ouvert sur des profondeurs, ce grand hôtel, le Galle Face Hôtel, donne sur l’Océan Indien : oh cette émotion de voir celui-ci pour la première fois et pour toujours – aussi bien il ressemble beaucoup à l’Océan Atlantique, avec sa houle violente, et lasse, et lente à la fois, mais son nom, que je connais, le métamorphose à mes yeux. Pouvoir des noms : voici cette étendue d’eau salée qui changerait presque de couleurs et se chargerait d’odeurs neuves.

 

(...)

 

20160425_153452.jpg

 

Sur la terrasse du Galle Face Hôtel, donnant sur l'Océan Indien,
à Colombo, dans la Province de l'Ouest, au Sri Lanka,
photographie : avril 2016.

 

 

 

 

Commentaires

On a déjà vu ce carnet quelque part ...

Écrit par : Un fervent admirateur | samedi, 17 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

Il est aujourd'hui presque entièrement rempli !

Écrit par : Frédéric Tison | samedi, 17 décembre 2016

Qui pourrait en douter ? Aves tous ces voyages ...

Écrit par : Un fervent admirateur | samedi, 17 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire