Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 19 septembre 2016

Archives d'une lecture

 

 

 

Lecture, par Frédéric Tison, dans l’atelier parisien de Marc Tanguy, lors des journées du patrimoine, le samedi 17 septembre 2016, de poèmes inspirés par des œuvres de Marc Tanguy, Damien Brohon et Sophie Courtant.


À cette occasion, trois cartes doubles furent éditées par la galerie Expression d’Aujourd’hui. Chacune de ces doubles cartes, en édition limitée à 30 exemplaires, signées et numérotées, comporte un texte original du poète et la reproduction de l'œuvre plastique qui l'a inspiré.


Ce projet artistique associant œuvres poétiques et plastiques n'aurait pu voir le jour sans l'initiative de Christophe Gohée, directeur de la galerie Expression d'Aujourd'hui.

 

 

Présentation, par Christophe Gohée :

 

 

Lecture, partie 1 :

 

 

Lecture, partie 2 :

 

 

 

______________

 

 Une présentation de cet événement sur le site de Damien Brohon :

c'est ici.

 

_______

 

 

 

 

10:15 Écrit par Frédéric Tison dans Exposition, Une petite bibliothèque | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

Commentaires

L'atelier est vraiment un bel écrin !

Je vous écoute, mais je regrette que le son soit si faible.
Qu'importe après-tout, c'est un grand plaisir quand même d'être un peu parmi vous.

Écrit par : Ariane | lundi, 19 septembre 2016

Merci de cette aimable pensée, chère Ariane. Je dois disposer de la même sorte d'ordinateur que vous ; le son n'y peut jamais atteindre les hauteurs souhaitées ! (Peut-être qu'en les regardant sur Youtube directement le son sera-t-il meilleur ?). Je me souviens cependant de ce qu'un grand poète me dit un jour de Saint-John Perse, et qu'il tenait d'un autre poète ayant connu l'auteur de "Vents" : ce dernier voulait que ses poèmes soient murmurés...

Écrit par : Frédéric Tison | lundi, 19 septembre 2016

Ambiance bien rendue !

Écrit par : Un fervent admirateur | lundi, 19 septembre 2016

Certainement !

Écrit par : Frédéric Tison | mardi, 20 septembre 2016

Certes, un poème n'a rien à gagner à être déclamé comme l'aurait pu faire Mounet-Sully ou Sarah Bernhardt; mais encore faudrait-il alors que nous fermions les fenêtres et demandions aux voisins de baisser le son : nous vivons une époque où le silence semble être oublié !
Comment alors apprécier la visite d'un château, d'une galerie ou en l'occurence écouter un poète ?

Écrit par : Ariane | mardi, 20 septembre 2016

Je suis bien d'accord avec vous pour dire que notre époque est oublieuse du silence. Pourtant, toutes les grandes œuvres ou presque, toutes les plus profondes pensées y sont nées.

Écrit par : Frédéric Tison | mardi, 20 septembre 2016

Les commentaires sont fermés.