Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 30 novembre 2015

D'un jardin botanique

 

 

 

SAM_0427.JPG

 

Dans le jardin botanique, à Karlsruhe,
dans le Bade-Wurtemberg,

photographie : juillet 2015.

 

 

 

dimanche, 29 novembre 2015

Le pavillon

 

 

 

 

SAM_0374.JPG

 

Du château de Karlsruhe (1715-1730), dans le Bade-Wurtemberg,
photographie : juillet 2015.

 

 

 

samedi, 28 novembre 2015

Une autre vue sur le château

 

 

 

 

SAM_0354 b.jpg

 

Le château de Karlsruhe (1715-1730), dans le Bade-Wurtemberg,
photographie : juillet 2015.

 

 

 

Les images antérieures

 

 

 

Les images que nous rapportons de nos voyages ne sont-elles à la fin que pour nous seuls ? Sont-elles, comme l'on dit d'un message auquel nul écho ne se manifesta, dont nulle réponse ne fut reçue, qui n'enclencha aucun échange, qu'il est resté lettre morte — sont-elles des images mortes ?

 

Les regards étrangers qui s'y poseront, sont-ils si lointains qu'ils se ferment devant elles, qu'ils ne peuvent que faire cela ? Leurs rêves seront-ils prolongés, ou bien ravivés ? Comment le savoir, quand à nous-mêmes ces images sont la fumée de notre séjour, quand elles semblent songer toutes seules, et quand, même, parfois, nous ne nous souvenons plus tout à fait que nous étions là, à cet instant dont elles témoignent, pour les saisir ?

 

Et encore, ces images témoignent-elles de notre présence, ou seulement d'elles-mêmes ? S'il s'agit là non de peintures que nos doigts et nos pinceaux auraient conçues, mais du résultat d'un objet, l'appareil photographique, dont nous n'avons pas, pour la plupart d'entre nous, la maîtrise de la fabrication ? Que s'est-il passé dans l’œil froid de l'objectif de cet appareil ? Celui-là redoubla le nôtre, croyions-nous, mais pour une part s'y est substitué, puisque sa matérialité technique nous échappe : n'avons-nous donc que la maîtrise d'un cadrage, et non la faculté du partage d'un sentiment, d'une émotion, d'une histoire, d'un amour ? Avons-nous été de véritables artisans, de véritables créateurs, ou bien sommes-nous de pauvres démiurges impuissants et seuls, égarés dans la trame des lignes et des couleurs ?

 

(L'image photographique comme expérience d'une dépossession sans lien...)

 

Qu'aurai-je aimé ? Qu'aimerais-je revoir ? Je n'ouvre jamais mes albums de photographies sans me le demander. Ce sont peut-être les questions que se posait Mélisande mourante, dans une chambre du château d'Allemonde dont elle demandait que soient ouvertes les fenêtres sur la mer. Ce sont aussi les questions que tout vivant se pose, et peut-être les questions qui surgissent, un soir ou un matin, sur le lit de maladie ou de mort.

 

 

 

 

La promenade dans le parc

 

 

 

 

SAM_0366 b.jpg

 

Dans le parc du château de Karlsruhe (1715-1730), dans le Bade-Wurtemberg,
photographie : juillet 2015.

 

 

 

 

Karlsruher Schloss

 

 

 

 

SAM_0437 b.jpg

 

Le château de Karlsruhe (1715-1730), dans le Bade-Wurtemberg,
photographie : juillet 2015.

 

 

 

vendredi, 27 novembre 2015

L'ombre de moi-même, à Karlsruhe

 

 

 

 

SAM_0448.JPG

 

Dans l'une des rues en étoile vers le château, à Karlsruhe,
dans le Bade-Wurtemberg,
en Allemagne,
photographie : juillet 2015.

 

 

 

Retour

 

 

 

Il est toujours un moment du voyage qui laisse la place au futur antérieur, à la nostalgie infinie.

 

Les images que nous rapportons d'un lieu se souviennent souvent à notre place, ou, plutôt, elles s'en souviennent autrement. Dans nos regards, c'est un passé défini.

 

 

 

16:46 Écrit par Frédéric Tison dans Crayonné dans la marge | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les coquelicots

 

 

 

 

frédéric tison,photographie,venosc,coquelicot

 

Dans le village de Venosc, en Oisans,
photographie : juillet 2015.

 

 

 

 

jeudi, 26 novembre 2015

Ô fontaine !

 

 

 

SAM_0276 b.jpg

 

Dans une fontaine du village de Venosc, en Oisans,
photographie : juillet 2015.